dimanche 21 novembre 2010

Revue de presse et copinages (édition de novembre)

Avant d’évoquer la finale du Partouche Poker Tour et ses retombées, et d'attaquer l'EPT de Barcelone (départ lundi à midi), un petit post rapide pour faire un peu de pub pour les potes et revenir sur quelques articles et morceaux d’actualité récents. J'ai rajouté quelques liens dans la colonne de droite, les voici :

Infinite Edge : Un nouveau blog lancé par mon ami suédois Kim Lund, un esprit brillant ayant roulé sa bosse de nombreuses années au sein de l’industrie du poker. Ayant récemment quitté son poste chez Bwin (qu’il occupait depuis l’époque glorieuse de PokerRoom/OnGame, avant le rachat par les autrichiens, donc), Kim est désormais libre d’exprimer sans détours ses pensées sur le milieu. Son blog est donc celui, assez rare, d’un « insider », qui aborde tout le côté « business » des jeux d’argent en ligne. On y discute de liquidité, rétention client, rakeback, business model, ce genre de choses imbitables pour le joueur moyen. Tout cet aspect du poker en ligne (qui est aussi abordé par plusieurs sites spécialisés très intéressants, j'en reparlerai un jour), j’y étais moi-même complètement étranger jusqu’à ce que je sois engagé par un opérateur. Depuis, j’ai quotidiennement des discussions fascinantes avec mes collègues de Winamax et d’autres acteurs de l’industrie sur les tenants et aboutissants du métier, mais je n'aborde que rarement le sujet ici, par peur de raconter des conneries. Ce genre de blog, je le conseille à tous, même ceux d'entre vous – la majorité de mes lecteurs, j'imagine – qui ne sont « que » clients des sites de jeux en ligne. Après tout, c'est pas tous les jours qu'on peut se rendre compte de la manière dont on est considéré de l'autre côté du décor, en coulisses, par les gens qui se font du beurre sur votre dos, les salauds.

Slowrolled : Il y a déjà quelques liens vers des sites d'informations « poker » sur la colonne de droite de ce blog, en voici un nouveau, dirigeant vers les confrères de « Slowrolled ». Ils sont suisses, mais ne leur en tenez pas rigueur, ils sont très bien, et indépendants. Indépendant, cela veut dire moins de moyens que les sites affiliés aux sites de poker en ligne, mais aussi plus d'imagination, de débrouillardise, et de vraie liberté de parole. Prochainement, il faudrait que j'aborde plus en détail le sujet des médias poker, mais je n'aurais pas que des choses gentilles à dire, autant prendre son temps pour y mettre les formes.

Alexander J Bradley : Là, rien à voir avec le poker, enfin si, un tout petit peu : Alex Bradley officie depuis quelques mois en tant que caméraman freelance pour Poker News. L'australo-britannique est tout bonnement l'un des gus les plus attachants et les plus intéressants que j'ai pu rencontrer sur le circuit cette année. Un amoureux du voyage et de la découverte, qui a eu la chance de pouvoir parcourir une bonne partie du globe, depuis l'Amérique du Sud au Japon en passant par les quatre coins de l'Europe. Alex est un vrai artiste, la tête fourmillant d'idées en permanence. Je vous laisse découvrir son blog, ses photos, ses récits de voyage, ses humeurs.



Anthony Roux - « Sitting Out » : Une nouvelle qui m'a un peu – beaucoup – chagriné, Anthony Roux quittant le Team Winamax après trois ans de bons et loyaux services. Tallix ayant exprimé son désir de ne plus être attaché à un sponsor (en raison de toutes les contraintes que cela peut représenter), je risque de le voir un peu moins souvent. Tallix, je le connaissais à peine quand j'ai débarqué à Londres en février 2008. Et puis à force d'habiter sous le même toit, de voyager ensemble, des liens se sont crées, nous sommes devenus très proches jusqu'à passer nos vacances ensemble à deux reprises (dont le fameux road trip américain durant l'été 2009). Niveau poker, c'est un mec qui, en plus d'être un joueur hors pair (assez courant de nos jours, finalement), dispose surtout d'un mental à toute épreuve. Jamais en trois ans je ne l'ai vu se mettre en colère après une défaite. Jamais je ne l'ai vu se défouler sur son entourage après avoir perdu un pot de 30,000 dollars. Je me rappellerai toujours de ce moment lors des WSOP 2008, lorsqu'au beau milieu de la nuit Tall avait manqué une finale d'un cheveu après s'être mangé un bad-beat à vomir. Dix minutes plus tard, nous étions dans le parking, et il avait déjà changé de sujet. Pas de pleurs, pas de lamentations, pas d'envie de passer ses nerfs sur quelqu'un d'autre. Ça, messieurs, cela s'appelle avoir du caractère, et beaucoup devraient en prendre de la graine.

Winamax – Dans la tête d'un pro : L'une des problématiques constantes lorsque nous couvrons des tournois de poker en direct, c'est d'essayer de créer du contenu qui ne soit pas immédiatement périssable. Raconter des coups qui viennent de se produire, dresser un classement des joueurs en course au temps T, c'est sympa, mais cela ne reste guère intéressant plus de quelques heures. Mes collègues Régis, Paco et Junior, aux côtés de qui je travaille depuis maintenant trois ans, ont un problème similaire lorsqu'il s'agir de produire des vidéos. Le modèle « Ouais, euh, j'ai 15,000 de tapis, j'ai joué un coup sympa avec As-Roi, je relance UTG... » tourné en cinq minutes durant la pause a quelque peu vécu. Toujours aussi créatif, Régis a proposé une idée des plus intéressantes : filmer l'intégralité du tournoi d'un pro, depuis l'arrivée en ville jusqu'à la dernière main, et faire intervenir le pro en post-production à l'aide d'une voix-off racontant tout ce qui lui passe dans la tête : les joies, les peines, les doutes, tout le tralala. Après un premier essai à Monte Carlo en avril dernier, cette vidéo de trente minutes tournée à Vienne est la première que publie officiellement le trio sur Winamax. Le produit est encore perfectible, mais je trouve le résultat tout à fait intéressant et prometteur. D'autres épisodes vont bien entendu être tournés cette saison. Je croise les doigts pour que les récents scandales de triche (impliquant, vous le savez surement, des faux journalistes infiltrés lors des tournois) ne remettent pas en cause la présence des médias poker entre les tables, facteur crucial pour mener à bien ce genre de projet.

Peter Eastgate vend son bracelet des WSOP sur Ebay : Alors que Jonathan Duhamel vient d'être couronné champion du monde de poker à Las Vegas il y a deux semaines, le vainqueur 2008 Peter Eastgate vient de mettre en vente le trophée suprême de tout joueur de poker, le bracelet, sur la plate-forme d'enchères en ligne Ebay. Cette nouvelle arrive quelques mois après qu'Eastage ait fait part de son intention de s'éloigner du monde du poker. Une décision qu'il a respectée jusqu'à présent, et que j'avais à l'époque applaudie chaleureusement. Là, en ce qui concerne le bracelet, le danois explique que la breloque « prenait la poussière », et c'est pour la bonne cause qu'il veut s'en séparer : l'intégralité des profits seront reversés à l'UNICEF. Évidemment, il a fallu que Tony G intervienne avec sa finesse habituelle, histoire une fois de plus de se faire de la pub pour pas cher, en annonçant qu'il allait tenter de remporter l'enchère pour faire du bracelet un collier pour son chien. Imbécile !

Vicky Coren - « Let their hearts rule their heads » : La joueuse anglaise de l'équipe PokerStars Pro publie une colonne dans laquelle elle estime que joueur de poker professionnel est dorénavant une activité respectable pour les jeunes, allant même jusqu'à argumenter que le monde du poker pro est plus stable que d'autres secteurs, comme la banque. J'ai mon opinion sur la question, elle diffère quelque peu de celle de Miss Coren. Ce qui m'intéresse surtout avec cet article, ce sont les réactions qu'il a suscité chez les lecteurs, qui sont des lecteurs « grand publics » puisque la colonne a été publiée chez le très respectable quotidien anglais The Guardian (plutôt classé à gauche). Faites défilez la page jusqu'en bas, et lisez : la quasi totalité des réactions sont négatives, voire carrément hostiles, avec une cohorte de gens s'offusquant que l'on puisse considérer le poker comme un métier comme les autres. Et c'est symptomatique : dès lors que la presse généraliste, en France (Le Monde, Libération, 20 minutes, etc) comme ailleurs, s'intéresse au poker, la section « commentaires » de leurs sites est envahie de réactions de ce genre. Cela m'inspire deux choses. 1/ Les gens qui haïssent le poker parce qu'il s'agit d'un jeu ayant des effets néfastes sur la société n'ont probablement pas tort. 2/ Ces gens là comprennent tout de même une bonne partie de la population (tout du moins chez nous en France). On aura beau les intoxiquer 24 heures sur 24 avec de la publicité à chaque mi-temps de match, sur les bus, dans le métro, et des émissions de qualité médiocre par dizaines, ils ne changeront jamais d'avis. Là encore, j'ai plus à dire sur le sujet, mais cela mérite à article à part entière.

5 commentaires:

Lolo a dit…

Merci benjo !

ezeki4l a dit…

Merci pour le coup de projecteur sur slowrolled. De la part d'un journaliste que je considère comme le meilleur du côté francophone, cela me fait extrêmement plaisir ! On n'a peu (pas) de moyens, mais on a du coeur et de la passion.

Pedro Pok a dit…

GL à Anthony "Tall" Roux pour la suite de sa carrière !

Anonyme a dit…

J'aimerais vraiment qu'un jour tu développes le dernier sujet abordé. Le poker néfaste pour la société...!?
Lorenzo

Anonyme a dit…

Bonjour Benjo,
Pourquoi ne pas commenter plus en détail les scandales récents sur ton blog ?

Qui, en francophonie - à part toi - pourrait abattre un travail de fond comme le fait la rédaction de hochgepokert.de ? Il y a certes le problème d'"appartenance" des journalistes spécialisés à leurs pourvoyeurs, mais franchement, ne crois-tu pas que le moment est venu de sortir du bois ?