dimanche 20 juin 2010

Multitabling

Day 22

Après deux ou trois journées consécutives en demi-teinte, l'excitation est revenue en force dans l'Amazon Room vendredi, avec seize d'action non-stop de midi à quatre heures du matin. Plutôt que de suivre de loin six épreuves en simultané comme nous l'avons fait ces derniers jours – la garantie de réaliser un boulot bâclé et peu intéressant, car il est difficile d'être partout à la fois – nous nous sommes concentrés sur une épreuve chacun : le Short-Handed à 5,000$ pour moi, et le Heads-Up à 10,000 dollars pour Harper. Davidi Kitai et Mathieu Jacqmin ont rapidement sauté de l'épreuve mixte Omaha/Hold'em, et Régis Burlot a une nouvelle fois échoué aux portes d'une finale, dans le HORSE à 1,500$ cette fois (frustrant). Il n'y avait pas grand chose à dire sur le tournoi Seniors, et sur la finale du No Limit à 1,500$. Nous étions donc libres de nous consacrer entièrement à deux épreuves seulement, ce qui facilite grandement le travail et permet une meilleure immersion. Enthousiasmé par les progrès de Tallix, Furax, Bruno Launais, David Jaoui et Sam Phomveha dans le Short-Handed, j'ai retrouvé la pêche des grands jours. Au taquet jusqu'au lever du soleil, des mains en pagaille, plein de joueurs suivis, je me croyais revenu sur un EPT, avec un reportage en direct, enfin autant que possible, puisque je ne peux pas publier de news plus d'une fois par heure en vertu des règlements en vigueur aux WOSP.



Ce n'est pas un hasard qu'une épreuve aussi difficile que celle-ci aie vu percer quelques uns de nos meilleurs joueurs français. Ils ne sont plus que douze au départ des demi-finales, qui vont démarrer dans quelques minutes, avec encore deux français. Bruno Launais est en train de poser à toute vitesses ses jalons dans le poker français, et Tallix est en passe d'accéder à sa troisième finale WSOP en un an. C'est l'un des joueurs du Team dont je me sens le plus proche, et j'étais présent lors de chacune de ses grosses perfs. J'espère que celle d'aujourd'hui sera la plus belle de toutes. Marrant comme celui qui avait été moqué au sein du Team pour son manque de résultats durant la première année d'existence de l'équipe est maintenant en train de s'imposer comme le joueur de tournoi le plus régulier de Winamax. Et dire qu'il est juste dix fois meilleur en cash-games... Même chose pour Xavier Jacquet, l'un de nos Local Hero, une terreur sur Winamax en 6-max, et déjà deux fois ITM en une semaine pour ses premiers WSOP. Je n'arrête pas de le chambrer pendant les pauses en le traitant de joueur weak et scared money, mais je n'en pense pas un mot bien sur.

Dans la Pavillion Room, on a pu assister au départ de l'une des plus belles et plus pures épreuves des WSOP : le Heads-Up à 10,000 dollars. Les yeux dans les yeux, sans filet, en No Limit, avec quelques uns des plus grands experts du monde dans cette disclipine. Guillaume de la Gorce (le meilleur joueur français de HU) affrontait son vieux pote ElkY au premier tour, et peu importe le résultat, il y allait forcément avoir une déception. ElkY a mis une horreur à Johny pour avancer au second tour, et allait ensuite remporter son second match. Même chose pour un Ludovic Lacay très en forme, qui s'est débarassé de ses deux premiers adversaires (dont le légendaire Erik Sagstrom) en un rien de temps. De bonne augure pour les trois prochains tours, qui seront joués aujourd'hui. A noter qu'ElkY et Cuts s'affronteront s'ils parviennent à remporter leurs deux prochains matches. Le face à face Tom Dwan / ElkY n'aura pas lieu, le premier ayant échoué au second tour.

Le joueur le plus travailleur du Day 22 ? Phil Ivey. Il a été partout. En l'espace d'une journée, Ivey a réussi à accomplir les choses suivantes : sauter à la bulle du Short-Handed, gagner ses deux premiers matchs dans le Heads-Up, et atteindre les quinze dernières places dans l'épreuve mixte Omaha / Hold'em. C'est le genre de programme qui n'est concevable que lorsqu'on est impliqué dans des paris à plusieurs millions de dollars sur l'obtention d'un bracelet... Ceci dit, la réussite fut de son côté. Ivey s'est pointé à son premier match dans le Heads-Up alors qu'il était encore en course dans le SH et le Omaha/Hold'em, et a fait tapis à la première excuse valable, avec As-Valet. Mizrachi a payé avec une paire de 9, et le croupier a retourné un As sur la rivière. Ivey a ensuite demandé à ce que son deuxième match (contre Victor Ramdin) soit joué dans l'Amazon Room au lieu de la Pavillion, à côté de sa table de Omaha/Hold'em, car les deux joueurs étaient encore dans le tournoi. Harrah's s'est incliné. Pas sur qu'une demande d'un anonyme aurait été reçue avec la même dilligence...

Pas du genre à se mélanger avec la plèbe durant les pauses, Ivey a fait installer dans un parking privé du Rio un mobile-home tout équipé avec climatisations, couchettes, fauteuils, cuisine, frigo, musique, etc. Negreanu et Hellmuth ont fait pareil. Ça vous donne idée de la motivation et du compte en banque de ces messieurs. Ceci dit, ces dispositifs n'ont pour l'instant pas montré d'effets probants sur leurs résultats : aucun n'a été ne serait-ce que proche d'atteindre une table finale en trente épreuves. Jusqu'à aujourd'hui : Ivey possède le neuvième tapis sur quinze joueurs. Tous les yeux seront tournés vers lui. Combien ça coute, de faire parquer un mobile-home au Rio ? Probablement qu'Harrah's offre la place de parking, mais la location et l'entretien du véhicule ? Je me demande... J'ai vu le camion-citerne faire le plein de ces engins hier... Bonjour la facture après deux mois. Et pour vous montrer qu'Ivey est décidément au dessus du lot : il est le seul joueur à traîner en permanence un garde du corps derrière lui. Un type blanc pas si baraqué que cela d'une quarantaine d'années, qui me fait dire qu'il n'est probablement pas qu'un vigile, mais aussi un homme à tout faire, et un rempart entre Ivey et le reste du monde. Ceux qui ne font pas partie du cercle des intimes sont obligés de passer par lui pour accéder à Ivey. Le mec fait d'ailleurs un peu de zèle, des fois on a l'impression qu'il bosse au Rio. Je l'ai vu courir après mon collègue Roroflush à travers toute l'Amazon Room quand ce dernier a posé une bouteille vide sur un comptoir au lieu de la mettre à la poubelle. « Hé ! T'as pas vu qu'il ya des poubelles partout ? », a dit le garde du corps à Roro avec un air intimidant. Non mais pour qui il se prend ?

Bon, pas le temps d'élaborer plus longtemps, le devoir m'apelle avec Tallix, Cuts, ElkY, Bruno et les autres. Ca manque un peu d'anecdotes et ragots croustillants, ce blog, non ? J'ai la tête dans le guidon 24/24, que voulez vous. Mais je crois que je sors en boîte ce soir... Pour la première fois depuis mon arrivée à Vegas.

Le Day 22 sur Winamax

Aucun commentaire: