vendredi 11 juin 2010

Media tycoon

Day 13

16 des 57 épreuves des WSOP 2010 sont maintenant derrière nous. Hier soir, Carter Phillips a tout écrasé sur son passage pour remporter le tournoi de Short-Handed en un temps record. Après son titre EPT en septembre dernier, c'est une performance exceptionnelle pour ce gars de 21 ans propre sur lui, portrait robot parfait du jeune Américain moyen, sportif, bosseur, un tantinet rustre. A la table d'à côté, la finale d'une boucherie à 1,000 dollars se terminait tout aussi rapidement, avec le triomphe d'un pro californien avec trente d'expérience. Deux parties propres, sans bavure.

16 tournois sont terminés, et pour l'instant, il n'y a aucune raison de s'extasier côté français. Nous n'avons réussi à nous approcher du bracelet qu'une seule fois en deux semaines, avec la cinquième place de Nicolas Levi dans l'épreuve de Shootout. Antoinette Amourette a fait un bel effort dans l'Event #11 (celui de Tom Dwan), tombant à deux tables de la finale. Même topo pour Alexia Portal, qui a réalisé son meilleur résultat aux WSOP avec une 22ème place dans la très difficile épreuve de No Limit à 5,000 dollars. Pour le reste, le palmarès français n'est constitué que de mini places payées, une myriade de min-cashes d'amateurs venus tenter leur chance dans les boucheries. Edouard Minot a réalisé une belle performance avec sa 16ème place dans le gros tournoi de Stud, mais financièrement, cela ne représente en gains que 2,5 fois le prix d'entrée.

Bref, les français ne cartonnent pas aux WSOP pour l'instant (contrairement aux anglais, par exemple, avec déjà deux bracelets et plein de finales), mais il n'y a cependant pas de quoi s'inquiéter. Si l'on regarde les résultats de l'année 2009 (probablement la meilleure année des français aux WSOP, absence de victoire mise de côté), nous en étions exactement au même point après seize épreuves : une seule finale et plein de petits résultats insignifiants. Une explication possible peut être trouvée dans le manque relatif de main d'œuvre : David Benyamine est seul pour représenter les tricolores dans toutes les épreuves à gros budget, et nos bons joueurs de tournoi se sont encore que peu nombreux à Vegas pour prendre part aux tournois de No Limit, où la variance est par ailleurs énorme. Des joueurs comme Antoine Saout, Bruno Fitoussi, Antony Lellouche, et Ludovic Lacay ne sont pas encore arrivés en ville. Les résultats devraient aller croissant à mesure que le contignent tricolore présent au Rio va grossir. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. J'en suis convaincu : la France du poker s'en tirera mieux cet été que la France du football. On me fait signe dans l'oreillette que cela ne sera pas bien compliqué.

*****
du


Avec Harper, nous jonglons de temps à autre avec quelques difficultés dans l'accomplissement de notre travail. Hier soir, nous n'avons pas pu publier le moindre article durant la nuit entière. La faute à la migration du serveur Winamax.com vers Winamax.fr, et la nécessité de se créer un nouveau nom d'utilisateur, manipulation que nous n'avons pu mener à bien qu'après intervention à distance des techos de la boîte. Ce matin, tout était rentré dans l'ordre. Ce pépin est venu me rappeler que l'ouverture du marché en France, c'est là, maintenant, tout de suite. Je suis bien content d'être à des milliers de kilomètres de l'Apocalypse imminente. Mes sentiments à propos de cette révolution n'ont pas changé depuis octobre dernier. C'est les vrais joueurs de poker qu'on assassine, tandis que les grosses corporations se frottent les mains.

Et puis, on a aussi notre lot de misères en coulisses. Vous ne vous en seriez pas rendus compte en lisant le reportage sur Winamax ces derniers jours, mais vos deux reporters préférés sont tout bonnement passés à deux doigts de se faire exclure des WSOP. Si ce n'avait été pour l'intervention de deux ou trois gens bien, on serait passés à la trappe. Finito. Carbonisés. En vacances avant l'heure. C'est une histoire à la con, je suis épaté qu'elle ait pu se produire. Comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer la bassesse de ses contemporains, on sera toujours déçu. Je ne vais pas rentrer dans les détails. Disons juste que tout le monde est très tendu ces jours-ci, chez le partenaire média officiel et exclusif des WSOP. Un de leurs employés (que je considérais pourtant comme un ami) a fait preuve d'un zèle débordant, n'hésitant pas à nous planter un couteau dans le dos en faisant remonter à ses chefs une petit bavure mineure commise par Harper, tellement infime qu'on pourrait arguer qu'elle était imaginaire. Les pouvoirs en place ne l'ont pas vu de cette oreille, et pendant deux ou trois jours, je regardais derrière mon épaule en marchant à travers le parking la nuit, de peur d'avoir un tueur à gages à mes trousses. Bon, là, tout semble réglé, mais nous devons désormais être respectueux à la lettre des règles en vigueur, car la prochaine fois, il n'y aura pas de prochaine fois, comme on dit. Comme je disais, tout le monde est très tendu après l'article publié par Negreanu descendant en flammes le travail de PokerNews. Moi, j'ai exprimé mon avis sur la question il y a quelques jours, et un type bien informé ayant choisi de rester anonyme a publié un joli « fuck you » en direction de Negreanu avec cet article dont je partage la plupart des points de vue. Un jour, je vous dirai en long et en large tout que je pense des médias dans le poker, mais pas tout de suite. Je n'ai pas envie de me retrouver au chômage trop tôt.

*****



Après deux ans de collaboration regulièreavec eux, Dan et Pauly ont fini par admettre que sans moi et mon accent pitoyable, leur podcast Tao of Pokerati n'aurait jamais trouvé 99% de son public. Je suis désormais partenaire à part entière de cette juteuse start-up, ayant négocié une participation de 10% au capital. D'après mes calculs, cela correspond à environ cinq dollars (le prix du magnétophone et de la bande passante pour héberger les fichiers)

Tiens, voici les liens vers tous les épisodes auxquels j'ai participé cet été. On y aborde des sujets aussi divers que ces enculés de vampires d'agents, la pornographie zoophile, la Coupe du Monde de foot, le cinéma lesbien, le Diable en personne, et toutes les dernières infos autour des paris de Tom Dwan :

Épisode 5 : Lesbian Kisses
Épisode 8 : 50K Agent Mix
Épisode 9 : Never-ending Night
Épisode 10 : Everyday Dan
Épisode 11 : Benjo's Laser Promotion
Épisode 14 : WSOP Fetish
Épisode 15 : Stalking the Devil
Épisode 16 : Durrrrr Bracelet Buyout ?
Épisode 17 : Durrrrament Exhale
Episode 20 : 2010 World Cup : Benjo's Bets and Conspiracy Theories
Episode 21 : Durrrr trafic

Retrouvez la liste complète des épisodes ici.

Le Day 13 sur Winamax

1 commentaire:

Stephane a dit…

Salut Benj,

Pas de résultats de francais car moins de francais que d'anglais (par exemple) ... mais pourquoi ?

Pourquoi est ce que nos joueurs n'arrivent "en masse" qu'à la 3eme semaine alors que les anglais sont là dés le début ?