samedi 12 juin 2010

Bouncing around the room

Day 15

Encore une journée frénétique, où les WSOP ont tourné à plein régime. Six tournois en simultané, deux départs, deux reprises, et deux finales. De l'action aux quatre coins du Rio, un parfum de scandale et de beaux vainqueurs.

Ladies Event 1,000$ : C'est le tournoi des WSOP réservé au sexe féminin, et comme chaque année, il semble que la chose dont on parle le plus est que des hommes prennent part au tournoi – environ une vingtaine ici, parmi plus de mille joueuses au départ. Oui, parce que la loi en vigueur dans le Nevada (et un peu partout ailleurs) stipule qu'il est interdit d'organiser une compétition ségrégationniste. S'il est parfaitement autorisé de mettre en place une épreuve destinée à une certaine catégorie de joueurs (les Seniors, les femmes, les employés de casino), il est en revanche prohibé de refuser l'entrée à qui que ce soit voulant jouer et ne faisant pas partie de la catégorie spécifiée. J'ai quelques problèmes avec les tournois « Ladies » (l'aspect « ghetto » dans lequel on enferme les femmes, certains argumentant que cela les décourage de jouer des épreuves mixtes), mais pour la majeure partie, je suis pour. Cela permet d'amener au jeu toute une catégorie de la population habituellement sous représentée, ce sont des épreuves agréables, conviviales et généralement plus fair-play que les épreuves classiques, car on y retrouve une majorité d'amateurs. Et puis, cela me permet de voir plus de filles en une journée que je n'en vois en une année entière.



Lacey Jones

Je suis résolument contre le fait que des hommes participent aux tournois Ladies. Oh, oui, j'ai bien entendu les arguments de certains qui font de leur participation une revendication politique, expliquant qu'ils préfèrent que le poker reste mixte et antiségrégationniste. Bla bla bla. Il y a d'autres moyens de protester que de venir gâcher la fête de centaines de joueuses ayant attendu toute une année pour disputer ce tournoi. Encore pire sont ceux qui s'inscrivent à ce tournoi par pure avarice, calculant (à juste titre) que ce sont des épreuves moins ardues que les classiques. Et puis il y a les petits rigolos, ceux qui ont perdu un pari, ceux qui aiment foutre la merde. Leurs blagues ne font plus rire. Ce qui est inquiétant, c'est l'effet boule de neige : le risque est fort que l'affluence masculine aux tournois féminins augmente de manière exponentielle. Ou peut-être pas : ma source confidentielle au Rio m'a glissé que l'un des gros pontes d'Harrah's (le numéro 2 ou 3, un truc dans le genre) avait été ulcéré en voyant autant de joueurs au départ de l'épreuve, et qu'il considérait sérieusement de faire interdire ces plaisantins de ses établissements (dont un Shaun Deeb en robe et maquillage). Si le casino ne peut interdire l'entrée d'un homme à ce genre de tournois, il est en revanche tout à fait légal de l'exclure après coup, de la même manière que l'on accompagne poliment vers la sortie les joueurs comptant les cartes au Blackjack. Le casino est une propriété privée. Ceci dit, bonjour le remue-ménage si Harrah's décide de mettre son plan à exécution, je ne serais pas étonné qu'il se prennent un procès. Nous sommes en Amérique, nation procédurière par excellence.

Mon amie Change100 a publié un solide article sur PokerNews à propos des tournois Ladies... A lire ici.

Limit Hold'em 1,000$ : Le solide Eric Buchman confirme que son statut de « November Nine » n'était pas usurpé, avec une prestation sans faille. Jamais en danger, au sommet jusqu'à la victoire finale. Un pro de plus qui décroche un bracelet : cela fait bien longtemps que les amateurs n'ont plus aucune chance.

Pot Limit Omaha 1,500$ : Une deuxième finale française, il était temps. Thibaut Klinghammer est un professionnel de l'ombre originaire de Strasbourg, principalement orienté vers le cash-game.

Short Handed Limit Hold'em 1,500$ : Bon, celui-là, j'avoue que je n'ai pas trop fait gaffe, Harper était de corvée. Il y avait plusieurs français au départ. ElkY et Gabriel Nassif ont passé le premier tour (ce dernier avec un petit tapis).




No Limit Deuce to Seven 10,000$ : Après sa sixième place au Player's Championship, David Baker récidive, et arrive cette fois à conclure le deal. « Bakes » est un joueur online très respecté, ayant travaillé comme un acharné toutes les variantes du poker après avoir, comme tout le monde, découvert le jeu avec le No Limit Hold'em. Tiens, une prédiction : après avoir complètement réinventé le Hold'em et mis à la retraite nombre de vieux pros, les jeunes venus d'Internet sont bien décidés à faire de même dans les autres variantes. La moyenne d'âge des vainqueurs des épreuves de Stud, Omaha High-Low, Deuce to Seven, etc va chuter drastiquement durant les années à venir.

Stud 1,500$ : Justement, en parlant des jeunes pousses, j'avais parié sur Scott Seiver pour aller au bout, alors qu'il restait encore cinquante joueurs. Manqué : c'est Sorel Mizzi qui va entamer la finale en position de chip-leader. Mais LE truc que je retiendrai de cette épreuve, c'est la 14ème place de Steve Albini. Vous connaissez pas ? LE Steve Albini, les gars, Dieu du rock indépendant américain, producteur ayant (entre autres) marqué de son empreinte deux de mes disques préférés, que j'écoute jusqu'à l'usure depuis quinze ans : In Utero, le troisième et dernier album de Nirvana, et Surfer Rosa, la bombe incendiaire qui a fait décoller pour de bon les Pixies. Et puis PJ Harvey, les Breeders, Big Black... Bon Dieu. Je n'avais aucune idée qu'Albini était un fan de poker (et un compétiteur respecté dans les cercles privés de Chicago), et suis passé complètement à côté de la présence d'Albini dans l'épreuve de Stud Quand je m'en suis rendu compte (grâce à un Tweet de Dana, qui couvrait le tournoi pour PokerNews), Albini venait de sauter. Je l'ai trouvé dans la salle où les joueurs reçoivent leurs gains, et me suis timidement approché.

« Euh... Monsieur Albini ? »
« Oui ? »
« Je suis un grand fan. »
« Ah, merci. Vous jouez aussi ? »
« Non non, je fais partie de cette presse à la con qu'on à dans le poker. »
« Hé bien, enchanté, monsieur faisant partie de cette presse à la con du poker. »

Et il est parti. Je souriais comme un gamin. Il m'a dit qu'il reviendrait disputer d'autres épreuves, en HORSE et Stud. Steve Albini. La vache d'estomac, tout de même.

Le Day 15 sur Winamax

5 commentaires:

acidrongeur a dit…

c'est vraiment le marronier le "Ladies Event". La polémique n'a aucun intérêt et c'est sur tous les sites.

Anonyme a dit…

Quand on tappe benjo dans Google...tu es le 1er...
YEEEEEEEEEEEEEEEESSSSSSSSSSSSSS

shnougi a dit…

Tu l'avais prévu depuis longtemps de deverir une STAR? Ou ça te te tombe comme un piano sur le coin de la gueule? ;)

Anonyme a dit…

Yop!
Albini very nice! "DRY" miam!
Il était passé au 2+2 pokerstars il y a un moment. Un vrai fan.
Nice blog, nice coverage. L'impression d'avoir un poto, virtuel et lointain. C'est bieng!

M.

Anonyme a dit…

Steve Albini !!! Quelques autres groupes dont il a assuré la production: Slint, Songs:Ohia, Mogwai, Electrelane, Godspeed You! Black Emperor et même un groupe français: Dionysos. Que de la bonne musique !!!

Merci Benjo pour nous faire partager ta vie à las Vegas ainsi que tes coups de gueule et tes coups de coeur avec autant de talent. L'article "The Durrr Factor" est juste un petit bijou.

Bonne continuation