samedi 3 avril 2010

Revue de presse et copinages

Les informations bidon que publient les médias le premier avril ne me dérangent pas trop... Ce qui me préoccupe, c'est plutôt les conneries qu'ils nous racontent le reste de l'année. Niveau poissons rigolos, mes amis de LivePoker se sont lâchés avant-hier avec une tonne de brèves foutrement drôles. Notamment ce bijou d'auto-dérision :

"Les sites d’actualités poker viennent de frapper un grand coup en ce mois d’avril 2010. En effet, LivePoker, Poker-Actu, MadeInPoker, Poker.fr, Wam-Poker, Club Poker, Tribu Poker, NeoPoker, Webdo Poker, pour ne citer qu’eux, ont tous publié une news dont la source a été vérifiée."

Pour être encore plus ironique, la news aurait du se terminer par "dont la source a été vérifiée, et citée."

Par ailleurs, quelques évenements semble t-il sérieux font l'actualité poker cette semaine. Par exemple, cette annonce faite par le profesionnel Mike McDonald, l'un des meilleurs joueurs de tournoi du monde - que ce soit en ligne et en live - au cours d'un long article sur son blog : "le chapitre "poker" de ma vie est en train de se terminer." Une déclaration étonnante venant de la part de quelqu'un qui n'a pas encore fêté ses 21 ans. Ou pas ! On se souvient que la promesse de Shaun Deeb n'avait pas tenu deux mois. Et alors ? On s'en fout. Peu importe si l'intention va être ou non respectée. Peu importe que les joueurs ne poker n'arrivent pas à s'arrêter de jouer au poker : le simple fait qu'ils en aient envie est ce qui importe ici.

Ces crises existentielles ne sont pas des cas isolés : pour un Deeb ou un McDonald qui annonce publiquement ses intentions, il y a en dix se posant les mêmes questions. La quête de sens est à la mode, et pour en trouver dans le poker professionnel, il faut se lever de bonne heure. Dans le grand schéma de l'univers, à quoi ça sert, un type qui ne fait que jouer aux cartes ? A rien, soyons honnêtes... et je ne vous parle même pas de ceux dont le métier est d'écrire à propos de ces mecs là. L'article de McDonald est à lire comme une forme d'avertissement pour tous ceux qui envisagent de faire du poker leur métier alors qu'ils n'ont même pas terminé leurs études. Si un jeune homme comme lui, ayant connu en quelques années à peine la gloire et la fortune aux sphères les plus élevées du poker, voit le doute s'immiscer en lui en si peu de temps, en vient à dire que le poker ne lui apporte plus de satisfaction... Tous les autres ont du souci à se faire. Le poker professionnel, c'est comme tous les boulots de rêve : beaucoup de travail, beaucoup d'appelés, et très peu d'élus. Et voilà que même ces quelques veinards trouvent à rechigner. A 20 ans. Trop vite, trop tôt, j'imagine.

Mike McDonald veut s'arrêter en pleine gloire, d'accord, mais quid de tous ceux qui, chaque jour, s'éclipsent dans l'ombre ? Depuis le premier boom du poker (disons, 2003), on en voit défiler des dizaines de ces stars Internet d'un jour. Ils dominent leur sujet quelques mois, quelques années, puis disparaissent, victimes du processus darwinien qu'est le poker, probablement au bout du rouleau et/ou ruinés, dépassés par l'augmentation croissante du niveau de jeu ou tout simplement lassés. Ceux-là, on en parle pas trop, mis à part sur les forums de passionnés, au travers de topics au titre du genre "Qu'est devenu machin ? Ca fait un bail qu'on l'a pas vu en ligne..." Qui va prendre en charge les frais d'anti-depresseurs de toutes ces âmes perdues ? A quand un Fonds de Sauvetage des Jeunes Retraités du Poker ?

Je regrette un peu ce temps que je n'ai pas connu, celui où le poker à gros sous était reservé à une élite fortunée et âgée, claquant chaque année quelques centaines de milliers de dollars avec le sourire durant les World Series of Poker version années 70. Ambiance bonne enfant, personne (ou presque) ne risquait grand chose, et l'affaire restait relativement confidentielle, plantée au milieu du désert à Las Vegas. Maintenant, c'est une autre histoire. Bien que j'en ai largement profité à titre professionnel, je reste inconfortable avec l'idée du poker comme phénomène de société, idée que l'on nous matraque en France depuis trois ou quatre ans. Un matraquage qui s'apprête à s'intensifier, si c'est encore possible, avec l'ouverture prochaine du marché des jeux en ligne. Des fois je me demande - en fait, non, j'en suis convaincu - si le poker n'est pas devenu le dernier avatar de notre civilisation moderne ou les loisirs prennent peu à peu le pas sur le travail : à l'instar de la Star Academy et d'autres émissions de télé promettant gloire et fortune en deux coups de cuillère à pot, le poker est vu comme un moyen pour une nouvelle génération de jeunes feignasses de rêver à une vie facile sans passer par la case "études" ou "effort". Concept bidon, bien entendu. McDonald fait partie des rares ayant vraiment réussi au poker parce qu'il a combiné talent naturel et travail acharné. Ce qui ne l'empêche pas de vouloir retourner maintenant à ses proverbiales chères études, s'étant rendu compte qu'au delà d'un style de vie ultra-matérialiste (voyages, fric, bagnoles, et filles faciles, avec Las Vegas comme capitale intellectuelle), le poker n'offrait que peu de possibilités de développement personnel sur le long terme.

Parlons de quelqu'un qui pour l'instant ne se préoccupe pas avec toutes ces questions, avec une autre nouvelle qui a fait sensation en ce début de printemps : le fameux Isildur1 va faire sa première apparition lors d'une partie de poker télévisée, le Party Poker Big Game IV. C'est TonyG qui l'annonce sur son blog. Pour les trois pékins qui ont passé l'hiver dans une grotte, Isildur1 est ce qui était arrivé de plus intéressant au poker en ligne après que le "durrrr challenge" soit rentré en hibernation prolongée. Un joueur venu de nulle part, ayant débarqué un beau jour pour enchaîner des sessions marathons sur Full Tilt Poker contre les meilleurs joueurs de cash-game du monde. Une légende des forums ayant mis le monde du poker high-stakes en ébullition, tant par son incroyable capacité à pouvoir gagner, puis perdre des millions de dollars lors de la même nuit, que par son identité, qui reste toujours un mystère. La rumeur la plus crédible : il s'agirait d'un jeune suédois répondant au nom de Viktor Blom, ayant sévi auparavant sur d'autres sites sous le pseudonyme de "Blom90". C'est ce qu'affirment des mecs comme Shaun Deeb (lors de notre interview en décembre dernier), Luke "fullflush" Schwartz ou encore Tony G. Ce dernier s'est cependant rétracté il y a peu, et pour cause : il a rencontré Isildur1 en personne, va le financer pour jouer devant les caméras, et a juré de garder le secret sur son identité... lui proposant même de disputer la partie la tête cachée derrière un masque. Autant dire que l'émission qui s'annonce est la plus attendue de l'histoire du poker télévisé.

Tiens, pendant que je tape ces lignes, une dépêche sur Pokerati : Everest Poker cesse son partenariat avec les World Series of Poker, et colle au passage un procès à Harrah's pour violation du contrat de sponsoring qui les unissait. La source du problème est en France : en effet, Everest n'a guère apprécié que lors de la diffusion des WSOP sur RTL9, c'est le logo de Full Tilt qui accompagnait les émissions, pas le leur. Résultat, Everest retire ses billes cette année, et Harrah's se retrouve avec un manque à gagner de 8,4 millions de dollars à moins de deux mois du départ des WSOP 2010.

Passons... La semaine dernière, j'étais occupé à couvrir une nouvelle étape de l'European Poker Tour à Hinterglem, une charmante station de ski nichée dans les Alpes autrichiennes. Face à l'embouteillement croissant du calendrier des tournois, les opérateurs se creusent les méninges pour faire preuve d'originalité : ici, le Snowfest combinait poker et montagne, permettant aux joueurs éliminés un peu trop tôt d'aller profiter des derniers jours de neige avant l'installation définitive du printemps. Moi aussi, j'en ai profité, mais pas longtemps : il ne m'a fallu qu'une petite demi-heure de glisse sur la neige dure avant de m'assoir sur le majeur gauche après une chute des plus ridicules. Au début, j'ai voulu faire l'homme, et suis retourné couvrir le tournoi dans l'après-midi, comme si de rien n'était. Trois heures plus tard, la douleur persistait : je me suis rendu à la clinique privée située en face du casino. En échange de 300€, le toubib m'a passé une radio, a confirmé que mon majeur était bien fracturé (une fracture mineure), m'a filé une ordonnance pour des médocs, et posé une attelle.

Pas facile de taper au clavier et prendre des notes avec ça, mais j'ai tout de même réussi à terminer le reportage, duquel ressortent surtout les jolies vidéos de notre caméraman Paco, réalisées en haut des pistes et où l'on voit les joueurs du Team se tirer la bourre tout schuss, et tenter des acrobaties risquées, avec de belles gamelles à la clé. Je vous invite à les regarder en cliquant ici, , encore ici, et encore là. Il fallait le voir dévaler les pistes, caméra en main et sac de dix kilos sur le dos. Même pas peur : la glisse, c'est sa passion et son métier, qui l'occupe le reste de l'année quand il n'est pas avec nous en train de filmer du poker. Justement, Paco sort ces temps-ci son premier vrai film, auquel nous avons eu droit à une projection privée durant le Snowfest. La vidéo officielle de la mythique marque Vans, rien que ça. Trente minutes de skateboard filmées et montées avec un goût certain. Cliquez ici pour voir la bande annonce.

Et puis, tant que j'y suis, puisque j'ai de la chance d'évoluer dans un milieu rempli de gens talentueux, passionnants et passionnés, je continue dans le copinage. Tenez par exemple mon amie Dana, reporter pour PokerNews (son job alimentaire) et chanteuse de country/folk au talent certain, que j'allais régulièrement écouter jouer dans les pubs londoniens. Elle vient d'investir quelques centaines de livres pour financer un vidéo-clip rigolo où vous pourrez écouter sa voix de star. C'est par ici.

Parlons aussi de Junior et Régis, pour completer le trio des caméramen Winamax. Après avoir réalisé la vidéo officielle de la marque française Cliché, Junior s'est embarqué dans le Gypsy Tour, un périple skateboardien à travers l'Europe improvisé de bout en bout, avec une seule règle : pas plus de dix euros de budget par jour. Galères et fous rires garantis. A mater sur le site de FuelTV, la chaîne américaine ayant acheté le programme. Régis, lui, est le vidéaste attitré de Quicksilver. Son dernier trip l'a vu partir en Chine. Les images de la Cité Interdite prise d'assaut par les skateurs valent le détour. A découvrir ici.

Il y a un article que j'avais depuis longtemps dans la tête, à force de parcourir le circuit des tournois "live"... Je n'aurai pas besoin de l'écrire, puisque quelqu'un m'a devancé : il s'agit Severin Rasset (de Chili Poker), qui nous parle de sponsoring sur MadeInPoker. Un sujet finalement assez mal connu du public, avec beaucoup d'idées reçues et de conceptions eronnées. Il était temps de remettre quelques pendules à l'heure, à l'heure de l'ouverture du marché qui va je pense bousculer la donne et mettre fin à une certaine forme d' "âge d'or" du sponsoring des joueurs de poker.

5 commentaires:

Eiffel a dit…

dense mais excellent, comme toujours !

j'adore le poisson d'avril de livepoker, c'est tellement vrai (poker actu a même repris, sans citer, le poisson d'avril de cake poker... triste d'avoir si peu d'imagination...)

Anonyme a dit…

Si tu pars dans des pensées philosophique, alors dans le grand schéma de l'univers, à quoi ça sert de faire quoi que ce soit, vu qu'on sera quand même mort avant 2100, et que de toute façon, dans 100,1000 ou 10000 ans, tous ce qu'on aura pu faire sera oublié de tous...A mon avis Mc Donald à raison de se barrer avant que le downswing monstrueux que tout le monde fini par subir lui arrive sur le coin de la gueule...Y a qu'à regarder le graphe de Brian Townsend sur highstakesdb pour s'en convaincre. Mieux vaut se barrer du poker quand on est au top...Avant d'être broke...

Benjo a dit…

cette histoire de grand schéma de l'univers allait m'attirer des foudres, je le savais :-)

disons qu'il y a des gens plus utiles qu'un joueur de poker... le mec qui fait pousser les légumes, le mec qui conduit les trains, le mec qui a inventé le téléphone portable. ou même soyons fous, le mec qui te fait planer avec sa musique ou son bouquin génial. et puis il y a les filles... elles servent à quelque chose, les filles. heureusement qu'elles sont là

Anonyme a dit…

Quand je vois le bordel que l'humanité a foutu sur notre pauvre planète, je crois que toutes les espèces animales seraient d'accord pour dire que quelqu'un qui joue au poker est vachement plus appréciable que quiconque qui aide au développement de la race humaine...Toute production signifie consommation qui signifie destruction de l'environnement. A mon sens, ton planteur de légume est bien pire que le joueur de poker...le joueur de poker, il mange quand il a faim, il dort quand il est fatigué, et il ne produit rien...Un peu comme un animal...C'est proche de la nature en fait un joueur de poker ;)
(et j'arrête la avec la philo, c'est pas le but de ton blog ;) ...Par contre t'as raison, vive les femmes, dommage que tu ne partages pas plus souvent tes histoires à ce sujet ;)

Tifus a dit…

Je suis pas d'accord pour le conducteur de train , il est toujours en grève .