dimanche 27 décembre 2009

The never ending poker tour



J'ai voulu faire le malin en montant une petite vidéo retraçant mes voyages de 2009, à la manière de Pauly qui fait cela depuis quelques années. Trente heures de prise de tête plus tard, je ne suis pas sur d'avoir envie de recommencer l'année prochaine. Le résultat, une quinzaine de minutes d'images sélectionnées parmi les centaines de vidéos que j'ai capturées sur la route avec mon Canon G10, ne risque pas de mettre au chomâge Paco, Régis et Junior. J'ai monté le tout avec Premiere Elements, un logiciel assez puissant tout en étant relativement facile d'accès pour un novice comme moi. Je ne suis pas sur que la piste son de la vidéo échappera bien longtemps à la vigilance de la milice de DailyMotion, puisque je ne dispose pas des droits des morceaux utilisés (les groupes dans l'ordre : Air France, les Stones, Fleet Foxes, Aphex Twin et The Dismemberment Plan)

Allez, me reste plus qu'à terminer 2009 avec un petit voyage aux Etats-Unis. Le moment est on ne peut mieux choisi.

mercredi 23 décembre 2009

Christmas ramblings

Clapham Common, 23 heures 30. Je viens juste de rentrer du bureau. Pourquoi est-ce que c'est toujours la veille des vacances qu'on à le plus de boulot ? Bien entendu parce qu'on attend toujours la dernière minute pour s'y mettre (et aussi parce que l'humeur est estivale, au QG de Winamax)

Cellule de crise à la maison, pour ma dernière nuit à Londres avant très, très longtemps. La vague de froid et le bordel qui en a suivi nous a tenus en haleine ces trois derniers jours. Gab est revenu de Heahtrow en compagnie de sa soeur, de son beau-frère et de leurs trois gosses. Ils sont restés sur le tarmac pas moins de six heures avant que la sentence de British Airways ne tombe : vol annulé, et aucun siège disponible avant le 26. La petite troupe passera Noël en Angleterre, loin du reste de la famille sicilienne. Au même moment, Stéphane revenait de Vegas, et se demandait comment rejoindre Paris, puis Biarritz. Son ticket Eurostar daté du 23 n'était plus valable, la reprise du trafic étant en priorité réservée à ceux qui sont restés bloqués depuis quatre jours. J'étais dans la même situation, avec un ticket pour le premier départ vers Lille. Certes, la compagnie nous garantit une place le lendemain, mais je ne peux me permettre de louper la soirée d'avant réveillon, traditionnellement consacrée à une réunion de potes du collège, immanquable, car je le nes vois jamais autrement. J'ai donc du trouver une solution de secours : un avion hors de prix vers Bruxelles, alourdissant ma facture carbone pour 2009. Ce n'est pas grave, je n'ai pas voté écolo depuis sept ans. Mon père viendra me chercher à l'aéroport, à une heure et demie de Lille en voiture. Épilogue : Eurostar a annoncé cet après-midi que finalement, les voyageurs du 23 pouvaient quand même se pointer à l'heure dite, mais il est trop tard pour annuler mon vol. Pas très grave, je serai à la maison à la même heure. En m'étant levé bien plus tôt, cependant, si tôt que ce n'est même plus la peine d'aller se coucher. Hannes (qui part deux heures plus tard) est là pour me tenir compagnie à l'aide de quelques substances, prohibées ou non. Tallix, lui, a décollé ce matin, et est arrivé à Marseilles sans encombres. « Chattard », que je lui ai dit par texto. Il me répond que c'est son métier.

Le sentiment qui domine ces jours-ci, c'est la nostalgie. Je ne reverrai pas mon chez-moi avant six semaines, après une série de trois tournois enchaînés consécutivement. Nostalgie, car je n'y retournerai que pour le vider de mes possessions. Hé oui. Je quitte Londres avec un pincement au cœur. J'aurai passé des bons moments, ici. Pas autant que je ne l'aurais voulu. La maison et ses occupants vont me manquer. Avec ce retour en France qui s'annonce, j'ai bien l'impression de laisser la civilisation derrière moi pour rejoindre une ville que je décidément je n'aime guère. J'ai dit au revoir à mes collocataires que je ne reverrai pas avant longtemps, ainsi qu'à mes collègues du bureau. Quelques restos, quelques verres et acoclades, et des "joyeuses fêtes" à tire larigot.

Noël facilite l'introspection, bien sur. Au milieu de ma frénésie de voyages ininterrompue depuis quatre ans, ces quelques jours de décembre représentent le point d'ancrage fixe, indéboulonnable avec la famille. La branche espagnole le soir du réveillon, le clan française le lendemain midi. Plus ou moins une trentaine de personnes, des oncles, des tantes, des cousins, des cousines qu'eux aussi je ne vois que rarement. Autant dire que j'espère chaudement que la piste du terminal 1 d'Heathrow sera dégagée et vierge de tout verglas dans tout juste six heures, à l'heure du décollage.

Je n'ai même pas célébré dignement mon dernier week-end à Londres. Il faisait beaucoup trop froid pour s'aventurer dehors. Merde, vivement Miami. C'est là que je vais terminer 2009 et entamer 2010, en compagnie de Pauly, Phish et mes amis les hippies. Plage l'après-midi, psychélisme le soir. Les vacances, au soleil. Avec surement un peu de boulot par dessus. C'est de ma faute, je m'y mets toujours trop tard.

Ce Noël n'est même pas encore entamé que je sais déjà qu'il sera mémorable, pour plein de raisons.

lundi 21 décembre 2009

2009 : a year in pictures

Un petit diaporama de l'année qui s'achève... Pas forcément mes photos préférées (il y en a trop), tout au plus un retour sur les endroits/choses/gens que j'ai croisés au cours des douze derniers mois.

Janvier




Nouvel an à avec Pauly en son fief, à New York



Bahamas



Deauville pour le retour de l'European Poker Tour en France



Londres : Clapham Common tout de blanc vêtu

Février



A Dublin pour disputer l'European Deep Stack Championship



Copenhague

Mars



Dortmund



Sitges

Avril



Edinburgh



Les Highlands



San Remo



Nice



Monte Carlo

Mai



Venise



Finale du Grand Prix de Paris à l'Aviation Club de France

Été



World Series of Poker



Red Rock Canyon



Six semaines de bouclage permanent, à toute heure du jour et de la nuit



Cover story de Bluff Magazine US



La Vallée de la Mort



Yosemite Park



San Francisco



Pacific Highway Coast



Hollywood Boulevard envahi par les fans en deuil de Michael Jackson

Août



Séjour imprévu à Kiev : l'Ukraine remplace la Russie sur la carte de l'EPT



Coup d'envoi du France Poker Tour au Louvre



Cannes

Septembre



A Lille pour la Braderie



Party non-stop à Barcelone



WSOP-Europe, EPT : un mois de poker à Londres

Octobre



Club Poker Radio avec Guignol



France Poker Tour à Bordeaux



Un des nombreux succès français cette année : Christophe Benzimra remporte l'EPT de Varsovie



Phish : trois jours de musique dans le désert Californien

Novembre



Main Event des World Series of Poker : Antoine Saout frise l'exploit



Vilamoura : une nouvelle étape EPT au Portugal

Décembre



Mon colloc Tallix atteint la finale de l'EPT Prague



Paris

2010 ?

Toutes les photos (c) moi, sauf :

« Nouvel an à New York », (c) Change100
« European Deep Stack à Dublin », (c) Yuestud
« Monte Carlo », (c) PokerListings
« World Series of Poker », (c) BJ Nemeth
« Six semaines de bouclage permanent », (c) BJ Nemeth
« Bluff Magazine », (c) Bluff Magazine
« Club Poker Radio », (c) Laurent Dumont
« Phish », (c) Phish

mercredi 9 décembre 2009

Stop Breaking Down

Voilà, les tournois, c'est fini pour 2009, mais les semaines qui viennent ne seront pas pour autant reposantes. Noël arrive, j'ai des tonnes de trucs à boucler, et ça va me pourrir les vacances si je n'ai pas terminé avant, parce que je n'arriverai pas à penser à autre chose.

Les deux derniers déplacements de l'année ont été réussis. Aussitôt remis de la grippe, j'ai foncé vers Vilamoura. L'épreuve était déjà commencée, et je n'ai couvert que la seconde moitié, mais pas question de manquer un EPT, à fortiori une nouvelle étape. C'était la première fois que je débarquais au Portugal. Le tournoi a eu lieu au sein d'une station balnéaire du sud, sans vie en plein milieu du mois de novembre, mais aux environs superbes. Le tournoi m'a tenu en éveil jusqu'au bout grâce à la belle performance de Michel, qui termine en sixième place. C'est un amateur local qui a battu le belge Pierre Neuville en tête à tête.

Tout de suite après, Prague, que je connais bien maintenant, c'est là que j'y avais réalisé mon premier reportage pour Winamax, il y a deux ans tout pile, Arnaud Mattern avait gagné, belle entrée en matière pour moi. Un autre joueur du Team va briller cette année, mon colocataire et meilleur pote de road-trips californien Anthony Roux. Celui que l'on appelle plus communément Tallix, voire Tallisque a eu pour la première fois l'occasion de se monter un gros tapis, et de déployer l'entendue de ses talents. J'ai été vraiment impressionné devant certains des coups qu'il a joués. Une belle démonstration pour tous ceux qui ne le connaissaient qu'à travers ses résultats en tournoi (minces) sans prêter attention à sa très lucrative activité quotidienne : le cash-game sur Winamax. Et une belle façon de conclure 2009 à la fois pour Anthony (trois finales en tout), et pour l'ensemble du Team (qui a été présent sur tous les fronts).

Pour le reste, allez-voir directement mes reportages, car je n'ai pas fait grand chose à côté. Boulot, boulot, boulot et rien d'autre. Surtout à Prague, où Paco a abattu un travail de titan. Je suis resté tous les soirs dans la chambre à regarder monter des vidéos jusque cinq heures du matin. Il a fait une semaine de cent heures, grosso modo. On a juste eu le temps de s'amuser le dernier soir, Tallix avait organisé un petit truc pour fêter sa finale, mais j'ai reçu le lendemain au moins six demandes désespérées de différentes personnes présentes à cette soirée me suppliant de ne surtout rien raconter sur mon blog. Rien de nouveau sous le soleil, de toute façon. Vous savez déjà tout. De vieilles histoires de sexe, drogues, rock'n roll, et prostituées lesbiennes s'emboitant sur scène.

Là, dans quelques heures, je me rends à Paris pour deux jours. Il y a des trucs à tourner avec le Team, et une soirée presse jeudi soir, et il paraît que ce serait une bonne idée que je sois là. Je n'ai absolument rien à dire à mes confrères des médias généraliste, mais soit. Peut-être qu'on aura l'occasion de sortir un peu avec les joueurs, enfin j'espère. Où je pourrais aller à l'ACF, histoire de rentabiliser ma cotisation avant l'échéance (je n'ai été qu'une fois sur les Champs cette année). Après, je passe le week-end chez mes parents, et ensuite retour à Londres pour boucler l'année au bureau. Pendant tout ce temps, je vais surement constamment penser au futur proche, qui ne me donne guère le sourire. L'ouverture du marché, l'implantation de Winamax à Paris, tout ça. Et je vais aussi penser au passé, parce que mine de rien, en plus d'une année, c'est une décennie se termine. L'heure des bilans, des best-of, des Top 10, et tout le bazar. Qu'est-ce qu'on va retenir des années 2000 ?

Mon interview de Shaun Deeb a eu beaucoup de succès, et a été reprise par pas mal de site. Un lien sur le forum américain 2+2 a donné un coup de boost étonnant au traffic, multiplié par trois durant quatre jours. Déception, l'excitation autour de l'article concernait le dernier paragraphe, qui n'avait pas grand rapport avec le sujet de l'article. Je regrette de l'avoir écrit, du coup. Mon but était juste d'insérer quelques thèmes que nous avons abordé durant la semaine (au resto, devant la télé, dans les taxis, etc) sans trop les développer. Donc, pour clarifier : je n'ai aucune info sur l'état civil du fameux "isildur1" autre que ce que m'a dit Shaun, qui estime qu'il s'agit de Viktor Blom avec 90% de certitude, après avoir discuté avec de nombreux joueurs. En outre, si Blom a réussi à très vite cerner Tom Dwan, c'est très certainement parce que "martonas" avait mis à sa disposition sa base de données de mains jouées contre "durrrr". Voili voilou. Vous venez de lire un mauvais post torché en un quart d'heure et avez donc tout à fait raison de vous sentir arnaqué.