jeudi 29 octobre 2009

Meet the deadline

Tiens, je vais décompresser un peu en écrivant un petit post à la va vite. Le truc de truc vite torché, à consommer et digérer rapidement. Un blog McDo. Un Twitter amélioré. Je me suis donné vingt minutes pour l'écrire, pas plus.

Non, parce que je pars pour l'aéroport dans moins de huit heures, et j'ai encore 200 trucs à faire. Course contre la montre. Noyé sous le travail. Plus la valise à remplir, et toujours cette sensation désagréable d'oublier un truc important, sensation qui vous tient éveillé la nuit alors que le réveil va sonner dans tout juste trois heures. Argh.

Alors, Varsovie. C'est un joueur français qui a gagné, le premier à l'EPT depuis ElkY en janvier 2008. Mais le quatrième en deux mois, après Bichon à Chypre, Savary à Marrakech et le petit jeune dont j'ai oublié le nom à l'APT de Macao. Et il y a aussi ElkY qui a remporté deux bracelets WCOOP sur PokerStars. Un sacré rush pour les tricolores. Ce n'est pas sur Christophe Benzimra que j'aurais parié, même avec vingt joueurs restants, mais le bougre est resté patient, a attendu les bons spots, et cela a payé. Je l'aime bien. Christophe est humble amateur, qui joue avant tout pour le fun. Et il se trouve que c'est un amateur ayant les moyens de se payer chaque EPT depuis deux ans. Sa ténacité a été récompensé, il va pouvoir enfin jouer un peu avec l'argent des autres.

Ce séjour polonais peut en ce qui me concerne se résumer à du travail, du travail et encore le travail. Le reportage en direct la journée, et la préparation du Main Event des WSOP le matin et le soir. Ah, si, j'ai tout de même dérogé un soir en faisant la tournée des bars avec Jerôme Schmidt après un bon resto. Le futur éditeur du bouquin de Pauly m'a raconté des tas d'anecdotes sur les écrivains très connus qu'il a l'occasion de croiser, c'était assez fascinant. Je ne me rappelle plus comment je suis rentré à l'hôtel, mais au réveil, j'étais bien dans mon lit, avec la tête comme un lavabo. Ne jamais enchaîner la bière après la vodka, c'est mal.

Le lendemain de la finale, j'étais dans l'avion vers Londres. Le ciel était clair quand l'appareil a entamé son approche sur Heathrow : on a pu admirer de près les bâtiments emblématiques de la capitale britannique. Westminster, Big Ben, la City, Buckingham Palace, le London Eye, le stade de Wembley...

Home sweet home, mais pour deux jours seulement, durant lesquels j'ai passé l'intégralité de mon temps de non-sommeil à bûcher sur les WSOP. Je ne me suis jamais autant passionné pour la finale du Main Event que cette année, et je pense que ça va se sentir dans mon reportage. J'avais manqué la victoire de Peter Eastgate l'année dernière, ça m'avait laissé un peu frustré, avec l'impression de ne pas être là au moment où il se passait quelque chose. Cette année, j'y serai, avec plein de bonnes raisons, entre autre la présence de Phil Ivey et d'un joueur français.

J'ai lancé le reportage tout à l'heure
. La finale ne commence que dans dix jours, mais j'ai eu envie de faire monter un peu l'intérêt pour le merdier en publiant chaque jour un portrait détaillé de chacun des neuf finalistes. J'ai visité des centaines de sites, lu des tonnes de magazines qu'on reçoit au bureau, sorti des bouquins du placard, consulté des pros, etc, pour compiler des profils aussi détaillés que possible. Certains trouveront que j'en ai trop fait, mais les fans adoreront. Mon but est que les lecteurs apprennent à aimer les finalistes – c'est à mon avis une condition nécessaire pour apprécier un tournoi de poker en tant que spectateur : quand on en à rien à foutre des joueurs, on s'ennuie. Et là, pour le coup, j'ai trouvé plein de trucs intéressants qui vont rendre le machin passionnant. Je vais aussi sortir quelques surprises des archives pour patienter en attendant le départ.

Avant d'arriver à Vegas, je me pose d'abord à Los Angeles. Je rejoins Pauly, Change et leur bande de potes pour trois jours de musique dans un trou paumé de Californie. Le cadre est magnifique, le temps ensoleillé, la bière sera fraîche, les drogues de première qualité et prescrites par un médecin, et le soir, on va camper. Bref, le bonheur. Trois jours de festival avec 50,000 pékins, mais bizarrement on ne verra qu'un seul groupe, qui va jouer huit concerts : Phish. Je ne les connais pas trop (ils ne sont véritablement populaires qu'aux USA), mais j'ai rattrapé mon retard ces dernières semaines en les écoutant du matin au soir. Un groupe de hippies assez énergique sur scène, avec pas mal d'improvisation et de reprises. Je hais les hippies en général, mais je sens que je vais faire la teuf comme jamais.

Mais ça, c'est seulement quand j'ai terminé mes profils des finalistes, alors au boulot, d'ailleurs les vingt minutes sont écoulées. Non, je ne me relis pas.

6 commentaires:

Hysteric aka Dethier Eric a dit…

Aie Mcdo non pas possible Quick ou à la rigueur Burger King mais pas Mcdo! Bon si c'est un choix ou une conviction personnelle, je respecte.
C'est vrai que l'année passée vu de notre position continentale et privé de retransmition ou de commentaires en direct, nous avons un peu passer au oubliette cette finale des WSOP et donc du fait nous avons moins apprécié leur résultat. Cette année est différente pas seulement parce qu'il y a un français en course, ou parce que tu vas faire le coverage (et même si on adore ça) mais parce que plusieurs joueurs des november nine se sont manifesté à plusieurs reprises lors des events qui ont suivi. Oui l'année passée aussi mais peut être a t'on moins prêté attention à ces messieurs (oui car parce Tiffany Michelle, elle je ne l'ai pas raté d'un miette)car Américain.
Cette année c'est de joueur de coeur qui se rapproche du plat pays et donc qui sont nos voisins et on sait que la proximité rapproche.
J'espère une belle partie profonde longue et pleine de rebondissement et surtout de joueur jouant parfaitement (enfin presque) parce que rien de plus décevant que des joueurs qui ne gagnent que par chance de toucher les cartes ou d'infliger les bad beats. Vive la relance, la surrelnace, le Gap, le Squeeze, le jeu technique en fait.

Je terminerai pas un bon voyage en Californie et ne te grille pas trop les neuronnes ;-), ceci dit déconnection assurée par contre question repos c'est pas gagné.

Bon travail au plaisir de te lire.

Tifus a dit…

Salut benjo ,

Comme tu le dis ton boulot pré table finale interessera surtout les fans , je viens de lire le premier article sur darvin moon , il est excellent .
Petite question au passage , tu sais si la finale sera retransmise en direct ?
Bon courage pour la suite .

Matthieu a dit…

frais ce post !
ton trip avec Pauly te donneras surement ernvie de finir la traduc du book !

Matthieu a dit…

super boulot sur la presentation de Moon sur W !

MR4B a dit…

Super début de coverage. 9a va enfin permettre de savoir qui est qui sur un TF de tournoi. très intéressant et constructif. Je suis fan. Meme si pour la TF en question je serai en vadrouille en ireland et Ecosse en mode " sans poker", je me rattraperai en rentrant, via ton coverage obv.
GL for vegas, and have fun in cali...

ezeki4l a dit…

Objectif réussi: j'ai dévoré ton article sur Moon, et je ne peux qu'être, à ton image, sous le charme du personnage. Tout un symbole pour moi que ce bonhomme qui refuse de se "prostituer", de se sacrifier sur l'autel du veau d'or...

Very good job! Ty!