jeudi 15 octobre 2009

Les trompettes de l'Apocalypse



"Le projet de loi marquant l'ouverture à la concurrence des jeux d'argent sur Internet a été adopté à l'Assemblée Nationale cette après-midi, par 302 voix contre 206." - MadeInPoker

Mardi 13 octobre 2009 : une journée à marquer d'une pierre blanche (sic) dans l'histoire du poker français.

Si le reste du processus législatif se passe comme prévu - et il n'y a aucune raison que cela ne soit pas le cas - la France va au printemps 2010 ouvrir le marché des jeux en ligne à la concurrence.

Comment pourrais-je commenter l'évenement en restant poli ?

On est en droit de se demander si le mot "ouverture" est celui qui convient quand l'un des points principaux de la loi est le rétrecissement du poker en ligne aux seules frontières françaises. En gros, pour être légal dans l'héxagone, un site ne pourra accepter comme clients que les joueurs résidant sur le territoire français. Dans cette optique, "fermeture" semble être un terme plus approprié, non ?

Parmi tous les points débattables de cette loi, c'est ce chapitre qui me met le plus en colère. Une vision étriquée et chauviniste du poker, traduisant l'étroitesse d'esprit de nos dirigeants, et leur méconnaissance du sujet. Oh, je ne suis pas naif non plus, il s'agit aussi d'une histoire de gros sous et d'influences de lobbys de toutes sortes. Mais tout de même, on nous bassine avec l'Europe, la mondialisation, l'abolition des frontières, la circulation facile des capitaux et des hommes, etc, etc. Et voilà qu'on va parquer les joueurs de poker français dans un enclos, à l'abri du reste du monde. Alors que l'une des plus grandes joies du développement d'Internet ces dix dernières années restera sans conteste cette possibilité de jouer (pas seulement au poker) intéragir et communiquer à toute heure avec le monde entier, cette loi sonne comme un retour en arrière assez réactionnaire.

Si ce n'est pas déjà fait, consultez d'urgence les dossiers réalisés par Cyril Fievet, mon excellent confrère de MadeInPoker, qui est le seul journaliste spécialisé à avoir traité du sujet correctement :
dd
- Loi sur les jeux d'argent en ligne : les conséquences pour les joueurs de poker français

- Régulation du jeu en ligne : revue de presse

Il y a aussi des trucs à lire ici, ou encore .

Et les réactions sur les deux plus gros forums français sont assez révélatrices du climat de panique qui règne actuellement chez les "vrais" joueurs de poker... Ceux qui n'ont pas attendu l'avis de nos gouvernants pour pratiquer leur passion depuis un, deux, cinq ou même dix ans :

- Wam-Poker

- ClubPoker

A quelle sauce allons nous être mangés ? Il semblerait que l'on soit déjà passé à table, du côté de nos chers décideurs... Comme un automobiliste ne pouvant quitter des yeux le bord de la route à la vue d'un accident, j'attends avec impatience de voir ce que nous réservent les prochains mois. Sur le papier, tout est reglé, ou presque.

Mais en pratique, que va t-il se passer ? Voici quelques-unes des nombreuses questions que l'on peut se poser :

- Comment vont réagir les entreprises de poker en ligne ? Facile, celle là. Les plus grosses vont demander une licence, bien entendu. Des boîtes comme PokerStars ou Winamax ne demandent que ça, de pouvoir opérer en toute légalité sur un gros marché comme la France (et, dans le cas de PS, sur tous les marchés du monde, USA en premier). Mais bien d'autres ne vont pas se donner la peine de régulariser leur situation, leur pourcentage de clients français étant bien trop faible. En ce qui concerne les entreprises déjà existantes qui vont obtenir une licence : elles devront à priori effacer l'intégralité de leur base de données clients, et donc repartir à zéro avant le vrai coup d'envoi de l'ouverture. S'ensuivra une période de transition - qui pourrait aller jusqu'à trois mois, nous dit-on ! - où ces boîtes devront cesser leur activité, avant le vrai coup d'envoi du marché ouvert et réglementé, avec tous les acteurs démarrant depuis la même ligne de départ. Les opérateurs préparant leur entrée sur le marché applaudissent : voilà une mesure qui, en affaiblissant leur avance commerciale, est clairement destinée à rendre la tâche difficile aux boîtes déjà installées depuis longtemps.

- Quid de ces boîtes qui ne joueront pas le jeu de la licence ? Un peu plus compliqué. Les sites n'ayant pas l'autorisation d'opérer en France seront scrupuleusement mis à l'index par les autorités. On évoque un dispositif de blocage d'IP à la chinoise pour empêcher les clients français de s'y connecter. En Italie, pays inspirateur de la loi qui vient d'être votée chez nous, le blocage est effectif depuis deux ans. Est-ce que ça marche ? En un mot : non. Des connaissances basiques en informatique suffisent à contourner l'interdiction pour retrouver les sites illégaux, nous dit dans cet article Francesco Rodano, responsable de l'autorité en charge des jeux online en Italie, pays où la France a tiré l'inspiration principale pour préparer sa propre loi. Il faudra donc que le gouvernement français trouve un meilleur dispositif pour faire respecter la loi. Et dans le cas contraire, les joueurs tricolores pourront continuer à s'adonner aux plaisirs du poker cosmopolite et illégal, hors de l'étroit cadre franco-français (moyennant certes d'autres tours de passe-passe techniques, notamment en ce qui concerne le rapatriement des gains) Bien entendu, on peut prévoir que les boîtes ayant joué le jeu ne l'entendront pas de cette oreille : si on dépose les armes à l'arrivée du sheriff, on est en droit d'espérer que tous les autres cow-boys en fassent autant. Le blocage des sites illégaux sera l'une des clés du bon fonctionnement du marché ouvert. Un site bien établi auprès des joueurs éclairés aura bien du mal à conserver sa clientèle (même fidèle) si ces derniers ont la possibilité de contourner les interdictions pour aller jouer chez l'un des sites internationaux.

- Ouverture = eldorado pour les boîtes de jeu en ligne ? Nous avons bien entendu affaire à un gros marché. Mais y'aura t-il de la place pour tout le monde ? Probablement que non. On risque d'assister à des scènes similaires à celles observées lors de l'ouverture à la concurrence du marché des renseignements téléphoniques. De nombreux opérateurs s'étaient lancés dans la bataille : la majorité d'entre eux avaient rendu les armes après un laps de temps plus ou moins long, ne laissant que quelques gros sur le marché. De manière générale, je me demande si le marché est aussi gros que l'estiment les spécialistes, du moins en ce qui concerne le poker. Je veux dire, cela fait maintenant trois ou quatre ans que le poker est à la mode : difficile, même pour le citoyen lambda, d'avoir échappé au matraquage médiatique effectué ces dernières années. Reste t-il encore des clients à capter ? Et, si oui, quelle sera la "durée de vie" de ces clients qui s'ignorent encore ? Combien vont encore s'y interesser, et continuer à se connecter après avoir perdu leurs deux ou trois premiers depôts de 20 euros ?

- Et les joueurs ? Clairement les grands perdants de l'histoire. Je parle des vrais joueurs, ceux qui sont là depuis un moment, ceux qui parcourent les forums, lisent les magazines, connaissent leur sujet. Amateurs et pros mélangés, ce sont eux qui font vivre la mode depuis son commençement. Eux qui ont découvert les joies du poker en ligne dans un univers mondialisé, jouant à tout heure contre des adversaires en direct de New York, Stockholm et Singapour vont désormais devoir s'habituer à des tournois et cash-games entre franchouillards, avec une population de joueurs forcément réduite. Eux, ils peuvent aller se brosser : cash-games mid ou high-stakes, tournois à plusieurs milliers de joueurs quand on veut, satellites pour les tournois internationaux, tout ça c'est très probablement terminé. Les quelques pros qui n'ont pas encore déménagé à Londres ou ailleurs sont actuellement en train de faire leurs valises. Et le reste, la vaste majorité des joueurs online (amateurs éclairés, légèrement gagnants ou perdants mais vrais passionnés), eux ils sont baisés. C'est tout un pan du milieu du poker français qui va s'en retrouver transformé. Et ça me laisse quelque peu triste.

J'arrête là. Il y a encore beaucoup à dire sur le sujet : les prochains mois seront très instructifs. Allez, les experts : apportez moi la contradiction. Dites-moi que je me gourre, que l'ouverture du marché, ça va être génial pour tout le monde, et qu'on va tous vivre heureux dans notre super nouveau marché enrichi en barrières étatiques.
dd
Ah oui, une dernière chose : bien entendu, le siège social des entreprises devra se trouver en France. A titre personnel, une catastrophe. Adieu Londres. Snif. Bonjour Paris ! Au secours, sauvez-moi !

10 commentaires:

Magiclive a dit…

Le tableau que tu dresses là est effrayant!
cette loi n'est elle pas à l'encontre des lois européennes concernant les paris en ligne?
On avait déjà pu voir le conflit vaseux de betclic sponsor de l'équipe de Lyon interdit en France mais autorisé à l'échelle européenne...
Pour les regs, à échelle mondiale, ils arrivaient à s'éviter, mais en france, ça sera plus dur imo..Cette loi vise plus les paris en ligne (turf, bookmaker, loterie) que le poker mais c'est bien ce dernier qui va payer...
Bloody Sad day.

Anonyme a dit…

Euuuh, une nuance dans ce tableau. Tu parles d'effacement de base de donnée... j'avoue que je suis dubitatif... qu'est-ce qui empeche une grosse boite comme PS ou autre de se créer une filiale en France, spécialement dédié au jeu sur le territoire français ?
Bon, ça necessitera des frais, et ça eliminera d'office les petties boites. De même tout le reste de ton tableau reste valable, mais faut pas décorner : aucun marché de la taille de la France ne pourra obliger une boite comme PS a déplacer son siege social...

Teocali

Martial B. a dit…

Effectivement l'année qui vient sera difficile à vivre. Mais pourquoi dire que les joueurs français resteront entre eux? Si un site comme PS, par exemple, obtient l'agrément, est ce que les joueurs français seront parqués et ne pourront pas s'asseoir aux tables "internationales"?
(Au fait j'en profite pour une fois que je poste pour te féliciter sur le CR du concert des Pixies...moi je t'aurais bien accompagné ;-)

Benjo a dit…

Teocali > PS va bien entendu créer une succursalle, si ce n'est pas déjà fait. Je ne prétends pas autre chose dans ce post. Pareil pour Bwin, Unibet, Winamax, etc.

Benjo a dit…

Martial > C'est ce que dit le texte de loi : les joueurs seront en effet parqués. Prends l'exemple italien en installant le soft de pokerstars.it, et constate par toi meme ce qui se passe là bas depuis déjà un an.

NickL75 a dit…

Bravo pour ton article, c'est exactement ce que j'ai essayé de dire sur mon blog, sauf que je n'ai pas ton talent d'écriture ! (je t'envie !)

Ce qu'il manque en ce moment c'est la vision des propriétaire de salle en ligne. On ne sait pas ce qu'ils pensent. J'ai tenté de demander à Alexandre Dreyfus son avis sur la loi par l'intermédiaire de son blog mais mon commentaire reste en attente de modération, donc je patiente...

Je pense que les rooms s'en moque un peu que l'on joue entre français, du moment qu'il récupère les français.

Toi qui a de jolis connaissances, tu ne pourrais pas chopper une info sur le ressenti des patrons de rooms (l'avis de Patrick Bruel par exemple !)

Merci encore pour ton blog, ton travail et ton talent !

ezeki4l a dit…

Commençons pas le commencement: je suis Suisse et, chez nous aussi, ils sont en train de nous concocter une "libéralisation" du marché des jeux d'argent sur internet.. Et je partage entièrement ton avis sur l'Apocalypse que cela va engendrer. Sur ce que j'ai pu observer pour l'instant, rares sont les joueurs, ici en tout cas, qui mesurent pleinement les effets d'une telle mesure; les réactions sur les forums sont plutôt optimistes, il y en a même qui se réjouissent... Quel malheur!
La pertinence de tes remarques collent parfaitement à la situation française et se transposent facilement à celle d'un petit pays comme le mien; sauf que ce dernier ne possède pas un field gigantesque de joueurs.. La perspective d'attendre 75 minutes pour démarrer un sng de 180 joueurs et, en plus, d'avoir le droit de payer des impôts directement sur mes (éventuels) gains ne me réjouit dès lors guère... J'espère que mes connaissances en informatique me permettront de jouer ailleurs que sur le futur pokerstars.ch... OMG!

Guillaume a dit…

D'ailleurs Benjo, que vont devenir les joueurs du team Winamax ? En effet si Winamax se retrouve sur une plateforme franco-française le High Stakes va disparaitre. Je vois mal un johny ou un Tall jouer en moyenne limite...

pataques a dit…

je ne suis pas joueur mais je constate une fois de plus que le gouvernement actuel vu comme liberal de droite se reconnait essentiellement comme dirigiste etriqué version "tout assistanat"
malheureusement il n'existe pas d'alternative dans notre pays

Hysteric aka Dethier Eric a dit…

Et dire qu'ils mettent toujours l'argument de la protection du joueur en avant ça me fera toujours rire alors que c'est clairement pour l'argent et donc ce n'est pas spécialement les room les voleurs mais qui vous savez. Je me demande même s'il ont demandé leur avis aux diverses fédérations sur le sujet car vous ne me direz pas qu'ils s'y connaissent assez pour savoir comment cela ce passe dans le online.
Les enjeux: ils doivent croire que tout le monde joue au min à une 2$-2$ comme en live. Et que tous le monde est prêt à jouer 300€ sur une room online une fois par semaine. Alors que justement le online c'est un jeu "quotidien" tandis que le casino c'est semainier ou occasionnel pour certain.

Ah la portection du joueur!!! on se demande toujours ce qui empêchera "x" de jouer son salaire fraichement perçu à la première roulette du coin sur un 50/50 (enfin presque) au mieux sur le rouge ou le noir. Par contre online vous êtes freiné par les tranferts bancaire et donc c'est tout à fait aussi dangereux. Quand on voit qu'on laisse la Françause des jeux mettre des jeux à gratter sur le net. Vous achetez 100€ de billets virtuels que vous grattez illico et hop vous perdez 100€ en moins de 10 minutes. Essayez cela au poker c'est déjà moins facile.

Comme quoi deux poids deux mesures. Quand c'est un organisme détat et que l'argent entre dans les caisses en direct pas de soucis de vous mettre sur le paille mais dès que cela échappe à la taxation, hum c'est autre chose.

Ah mais oui pardon j'oubliais il faut protégé le joueur!!!!!

Contre qui au fait. Soi même, le méchant internet, ou l'état?