vendredi 26 juin 2009

The mark has been made

Day 28 et Day 29

Amazon Room, jeudi, 20h45. Pour la première fois ou presque en quatre semaines, cette chose qu'on appelle le « monde extérieur » est venue s'immiscer au milieu des World Series of Poker, faisant dériver les conversations des sujets habituels, plus ou moins toujours en rapport de près ou de loin avec des cartes, des jetons, de l'argent, et des rivières. A 14 heures 26, heure de Los Angeles, Michael Jackson a été prononcé mort par les services de l'hôpital de l'université de Californie. Arrêt cardiaque. Le Roi de la Pop avait cinquante ans. En ces temps où Facebook, Twitter et Blogger sont rois, l'information s'est propagée comme un boulet de canon, tandis que j'étais occupé à suivre les exploits de Davidi Kitai en table finale de l'épreuve de Pot-Limit Hold'em à 10,000 dollars, presque un an jour pour jour après sa victoire dans une épreuve presque identique (même variante, prix d'entrée différent)

Mon meilleur souvenir de Michael Jackson ? Son apparition dans un mémorable épisode des Simpsons en septembre 1991, et l'été qui a suivi, durant lequel j'avais écouté ma cassette de Dangerous jusqu'à épuisement, le jour, la nuit, en jouant à Super Mario Bros 3 avec mes cousins. Et ABC, I Want You Back, et Thriller, découverts bien plus tard. Mon plus mauvais souvenir ? Le reste... Etant l'un de ces rares chanteurs dont l'ensemble de l'humanité a entendu au moins une fois dans sa vie l'une de ses chansons, tout le monde aura son opinion sur la vie et la mort de Michael Jackson. Génie ? Sans doute. Torturé ? Assurément. Ombrageux ? Pas de doute. On dissertera probablement ad nauseam sur les effets néfastes de la starification dès l'enfance, le rôle des parents, la pression médiatique, etc, etc. Assez pour remplir tous les journaux télévisés d'Amérique et d'ailleurs durant les deux prochaines semaines, et oublier un peu l'Iran.

Pour en revenir à nos moutons, mardi fut une journée des plus intéressantes, et le reportage a un peu rebondi à cette occasion. Régis a publié sa première vidéo (une partie de tennis qui m'a fait baver d'envie), tandis que je couvrais la grosse épreuve de Pot-Limit Hold'em. Cinq membres du Team Winamax au départ, dont un certain Patrick Bruel, un petit jeune qui débute, et faisait ses premiers pas en tant que membre officiel de l'équipe. Le quatorzième membre : ça tombe bien, 14 est son jour de naissance, et son chiffre porte-bonheur depuis ses débuts dans le show-biz.

Dans la Brasilia Room débutait une épreuve de Omaha High-Low à 2,500 dollars, avec une nouvelle fournée de joueurs français arrivés il y a peu à Vegas : Paul Testud, Serge SMC, Claude Cohen, mon pote Fred Le Roux... A côté, dans l'épreuve de Razz, gros barnum avec la chute – littérale – de Miami John Cernuto, victime d'une hémorragie interne. Le tournoi s'est arrêté une bonne demi-heure le temps que les ambulanciers arrivent. Tout le monde a eu très peur – on a cru à une crise cardiaque, mais le légendaire Cernuto, bien que livide, arrivait à respirer et à parler, et, aux dernières nouvelles, se porte bien en convalescence. Plus de peur que de mal, donc. Mais il fut intéressant d'observer la réaction médiatique à cet épisode. Comme beaucoup d'autres, je me suis contenté d'observer la scène, sans chercher à prendre de photos ni à exploiter l'incident en quête d'un scoop à deux balles. Mon ami Dan Michalski, lui, s'est pris une volée de bois verts de la part des collègues en sortant son appareil photo pour saisir quelques clichés, avant de se faire vertement tancer par la sécurité entourant Cernuto et les premiers secours. Je sais que Dan voulait d'abord rendre-compte en images de l'efficacité avec laquelle l'incident a été géré plutôt que de jouer les paparazzi, et la fine ligne qui sépare l'information du sensationnalisme a été longuement discutée par les collègues sur Pokerati.

Pendant ce temps, deux français rentraient dans l'argent du tournoi réservé aux Seniors, dont Jacques Zaicik, qui allait atteindre le top 40 de cette épreuve qui comptait tout de même 2,700 joueurs au départ.

Pauly était de retour à Vegas après trois semaines d'absence, passées sur la route à visiter vingt états américains pour assister à douze concerts de son groupe favori (Phish), dont il m'a ramené un joli T-Shirt souvenir... Nos retrouvailles se sont déroulées pendant la pause-dîner... Au In-N-Out Burger bien entendu...

Beaucoup de situations intéressantes ont emergé dans l'épreuve de Pot-Limit, et quand les superviseurs ont déclaré une trêve, Davidi, Ludovic et Patrick avaient survécu parmi les joueurs du Team, en compagnie d'ElkY. J'avais assez d'histoires à raconter pour me tenir éveillé jusque trois heures du matin.

Bien entendu, après une très longue journée comme celle-ci, il est difficile d'être aussi en forme le lendemain, et j'ai un peu galéré à suivre les fantastiques progrès de Davidi lors du Day 2. Le champion du monde belge du Team est allé jusqu'au bout, terminant à trois heures du matin avec un bon tapis. Encore une nuit très courte en conséquence.

Et là, tandis que je termine cette page mal dégrossie, Davidi est en train de faire des merveilles en table télé. Je suis de la partie depuis la salle de presse, sur mon écran. Ils ne sont plus que cinq sur le podium ESPN. Si Davidi va jusqu'au bout, et remporte son second bracelet en un an (je l'espère, et je suis d'ailleurs certain que cela va arriver), je serai bon pour une nouvelle longue nuit d'écriture... Beat it !

Le Day 28 et Day 29 sur Winamax



Davidi a construit son tapis patiemment durant le Day 2 de l'épreuve de Pot-Limit Hold'em



Fabrice Soulier dans l'épreuve de Omaha High-Low (une photo prise spécialement pour WickedChops)



Mon ami Matt Graham remporte son second bracelet dans l'épreuve de PLO à 10,000$



Meet the new boss...

1 commentaire:

coco poker a dit…

vraiment super tes "aventures"!