mercredi 21 janvier 2009

Gimme Shelter

Hôtel Normandy, Deauville, 9h09. Un peu tôt pour prendre le petit déjeuner. L'heure des vieux, et des séminaristes. Tant mieux, je suis presque tout seul dans la salle. Personne pour déranger ma tranquillité.. A cette heure ci, les collègues que je vais croiser ont envie d'être seuls aussi, et me laisseront manger en paix. Pas de conversation inutile et forcée, juste moi, des oeufs brouillés, un livre de Charles Bukowski et le silence. Quelques minutes de calme et de méditation avant douze heures à courir et jacasser non-stop dans une salle de poker pleine à craquer.

Après trois ans d'embargo imposé par les autorités, l'European Poker Tour est de retour en France. Plus de 300 joueurs et 70 journalistes étaient présents pour la première partie du Day 1. Le grand absent, officiellement, était le sponsor de l'épreuve. Condition sine qua non pour qu'elle ait lieu. Les logos P**** S**** qui tapissent les salles de tournois lors de chaque EPT ont été ici soigneusement mis au placard. Leurs employés sont là, mais incognito. Les qualifiés sont là, mais sans logo sur leur T-shirt. Quelques pros bravent l'interdit et portent fièrement les couleurs de leur site : W******, F*** T*** P****, P**** 7**. Mais chut, il ne faut pas éveiller la vigilance des autorités envers les entreprises de jeu en ligne illégal.


(photo : Hugues/ClubPoker.net)

Grosse journée hier, bien entendu... Tout ce que notre pays compte de joueurs digne de ce nom a fait le déplacement, plus une brochette d'européens et d'américains, petits nouveaux et nostalgiques mélangés – l'étape de Deauville était une des préférées des joueurs du circuit, et plein de vieux routards ont répondu présent. J'ai passé mon temps à courir, slalomant difficilement entre les 35 tables entassées dans la Salle des Ambassadeurs (l'une des trois plus belles salles de poker du monde), bousculant joueurs et journalistes. Sur l'estrade de ce theâtre, les reporters se marchent dessus – une deuxième salle de presse a été mise en place dans les couloirs du Normandy pour contenir le trop plein. On ne doit pas être plus de cinq ou six journalistes accrédités à avoir assisté à la dernière édition de l'EPT en France. Lolo du ClubPoker, Loic de Poker.fr, Jerôme Schmidt de 52, quelques bloggers de P**** S****, et moi... On était en février 2006 et c'était mon premier EPT. Histoire de rigoler, j'ai fouillé dans les archives et retrouvé le reportage que j'avais réalisé pour le ClubPoker. Assez catastrophique, mais l'idée était déjà là. Je crois que c'est mon 21ème EPT cette semaine. Je ne suis pas sur, j'ai arrêté de compter. A l'époque, j'étais encore un acteur bénévole et passionné du monde du poker. Je ne suis plus bénévole, mais, j'ose l'espérer, je suis encore passionné. A l'époque, je préparais le concours d'entrée à l'école de journalisme. Trois ans plus tard, je n'ai pas de diplôme, mais j'ai un métier. Je me demande si je serai encore là dans trois ans pour couvrir l'EPT de Deauville 2012. Sans doute que non...

Je m'étais levé à huit heures pour me préparer à cette première journée. Des tonnes de sites français sont là pour couvrir l'événement et je voulais être sur d'être préparé au maximum pour offrir le meilleur reportage possible. Paco à la vidéo, Yuestud à la coordination/pêche aux infos, et moi à l'écriture et aux photos. Notre trio est rodé, mais je commence à me sentir un peu seul à mon poste, quand tant d'autres sites envoient deux, trois ou quatre personnes pour rechercher les infos et écrire. J'essaie de compenser en soignant la qualité de l'écriture et des photos.



Dans l'après-midi, Paco a lancé la retransmission de l'investiture présidentielle américaine sur son Mac, grâce à une chaîne de télé pirate du Net. Un grand moment d'histoire, du genre dont on se rappelera où on était et ce qu'on faisait à ce moment là, comme quand Mitterand est mort où que les Twin Towers se sont effondrées. Mes amis américains sont unanimement enthousiastes, même les plus cyniques et désabusés. Certains ont conduit jusqu'à plusieurs milliers de kilomètres pour se mêler aux deux millions de personnes réunies entre le monument Washington et la Place du Capitole. L'optimisme et l'espoir sont de mise...

Enfin, je sais pas trop. Paco m'a passé le best-of 2008 du Zapping de Canal+. J'ai regardé ça sur mon ordi avant de me coucher. J'ai du arrêter au bout de 45 minutes. Mon cerveau était arrivé à saturation, épuisé par le défilement frénétique des images mises bout à bout. Une masse compacte d'une violence, d'une haine et d'un désespoir inouïs. Je défie quiconque ce pouvoir regarder ça sans se sentir envahi par un profond sentiment d'impuissance. J'ai des doutes quand au monde que nous sommes en train de construire. Je vis dans un rêve. Un jour, je vais me réveiller et le réveil sera brutal. Je vis dans une bulle. Chambres d'hôtels de luxe, avions, casinos, conversations superficielles, bouteilles de champagne en boîte, photos d'individus soulevant des liasses de centaines de milliers d'euros, de dollars, de livre sterling, et je suis toujours à la même place depuis trois ans, le même décor, la même personne, les mêmes gens ou presque, et aucune évolution. Au dehors, il y a le monde réel, avec des vrais gens, mais je ne le côtoie que de loin, par la fenêtre du taxi. Je ferme les yeux dessus, je fais comme s'il n'existait pas, je le vois au travers d'une lucarne. Ce serait une fiction que je ne verrais pas la différence. Je me dégoûte. Je ne comprends pas les gens heureux... Heureusement, il y en a de moins en moins.

8 commentaires:

Aguillem a dit…

No comment... toujours aussi bien écrit.

JEREMIE a dit…

Salut à tous

Que de nostalgies on ressent au travers de ces lignes…
C'est étrange ce sentiment qui t'habites…
Mais en même temps, n'étant pas à ta place on a du mal à percevoir le fait que tu sois si loin de la réalité de tous les jours...
En tout cas, pour ma part, j'aime toujours autant ton phrasé....
Continues ainsi...

@+

MR4B a dit…

je comprends parfaitement ton état d'esprit. je me fais moi même les mêmes réflections.. Pourtant ton "monde" et le mien sont bien différents... Mias néanmoins, le confort qu'apporte le fait de vivre dans un pays civilisé comme le notre (et encore il y a bcp de misère en France aussi)DOIT nous faire réfléchir sur tout ce qui se passe dans le monde. Fait peut etre un break, tu retrouveras la passion et l'envie (car à prioris tu te vois OUT d'ici 2012...).
un plaisir de te lire sur W********.

Anonyme a dit…

Même impression que toi devant l'année du zapping, j'ai tenu 20 mn avant de couper la télé, submergé par les idées noires, dégouté par la nature humaine...

poker a dit…

c'est chouette de partage ces tranches de vie :-)

MPT a dit…

Et les gens vraiment malheureux ne te comprendrait pas non plus.

Anonyme a dit…

salut benjo

tu sais cette amertume et cet auto degout que tu ressents car ton environnement quotidien est bien peu réel au regard des problèmes et souffrances des hommes, prouvent simplement que tu faits preuve d' empathie et de compassion (qualité essentielle a l'humain digne de ce nom)et que tu as bien gardé un pied dans le réel tout en évoluant dans un monde relativement artificiel.
Tu es encore jeune et tu auras bien le temps d'exercer tes talents divers pour des causes qui te semblent plus justes et moins futiles.
Avant de pouvoir se consacrer plus en avant aux autres , il faut aussi se construire soit même et parfois se sentir un peu egoiste, tu n'en seras que meilleur par la suite.
Pour en revenir à ce que tu fais en ce moment sache que comme beaucoup d'autres , j'apprecie vraiment ton travail , ton humour, et la culture que tu distille avec subtilité et sans pretention.
Continue comme ça dans le poker puis ailleurs, tu seras à mon avis toujours interessant à lire quel que soit le sujet.
A ta santé!!
EL_TONEY

Anonyme a dit…

Continue comme ça benjo ne change rien.

Petite question, je recherche la première chanson de la vidéo résumant le voyage de la team au pca stp?merci