dimanche 5 octobre 2008

I don't wanna hear that talk again

Dimanche, 11h39, Marriot Hotel, à un bloc d'Edgware Road (hé oui, on a beau habiter à Londres, il n'en reste pas moins plus pratique de dormir à l'hôtel en face du casino)

Les demi-finales de l'étape britannique de l'European Poker Tour se sont terminées hier soir. Une fois de plus, un pote à moi est en finale d'un tournoi majeur, et je ne pourrais pas être plus fier et heureux pour lui, c'est l'un des mecs les plus généreux et aimables que je connaisse dans ce milieu. C'est sa troisième table finale en douze mois : il possède le troisième tapis, et si tout se passe bien, il remportera son premier titre cet après-midi, devenant au passage le plus gros gagnant de l'histoire du poker français.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, une joueuse non-professionnelle devenait la première française a atteindre les places payées d'un tournoi international, atteignant la 22ème place (sur 596) pour une récompense de 16,313 livres sterling. Et tout ça tandis qu'elle portait son futur nouveau-né de sept mois.

Deux motifs de satisfaction qui viennent sauver de justesse un mois qui n'a duré que trop longtemps. Je ne sais pas quand est-ce que ce job est devenu une corvée, mais force est d'admettre que les quinze derniers jours ne furent pas des plus agréables, voire même carrément merdiques. J'en ai ma claque de bosser dans des casinos plein à craquer, de bousculer les fêtards bourrés du samedi soir pour essayer d'apercevoir quelque chose, de me ruiner le dos sur des canapés dans des bars transformés en salle de presse, de manger n'importe quoi en dix minutes entre deux articles, d'écrire tout le temps la même chose, tout le temps la même élimination avec As-Roi contre deux Dames, tout le temps le même chip-count (on s'en fout, bordel, on s'en contrefout), toujours les mêmes débiles, les mêmes cartes, les mêmes jetons, le même décor.

J'ai regardé les archives de mon blog d'il y a un an, et je me suis surpris tout seul à constater la présence d'une multitude de comptes-rendus détaillés sur les WSOP-Europe et l'EPT Londres 2007, avec opinions en long et en large, infos, photos, anecdotes, etc, etc. Puis je me suis rappelé qu'à l'époque, j'écrivais souvent jusque le lever du soleil, avant de me réveiller quatre ou cinq heures plus tard pour repartir à l'attaque et recommencer la même chose. Motivé, quoi. Ces jours-ci, je n'ai qu'une envie à la fin de la journée, c'est de rentrer dormir le plus vite possible, d'oublier les événements de la journée où de toute façon il ne s'est rien passé que je n'aie déjà vu cent fois.

S'il y a une chose que je n'ai jamais réussi à faire, c'est de me forcer. Dans tout ce que j'ai accompli dans le poker depuis quatre ans, je n'ai jamais été guidé par un plan de carrière ou une ambition personnelle quelconque. Je n'ai jamais réfléchi plus loin que le simple « j'ai envie de le faire, alors je fonce »... Jusqu'à maintenant... L'enchaînement des tournois au mois de septembre (Cannes, Barcelone, WSOP, EPT : sept tournois en cinq semaines) a clairement entamé ma motivation et j'ai de plus en plus de mal à trouver des moyens de renouveler l'intérêt de ce qui ne reste au final qu'un jeu de cartes où le moins malchanceux gagne à la fin. En conséquence, mes reportages des deux dernières semaines sont souvent tombés à côté de la plaque, ça sonne faux, ça sonne pas sincère, c'est pas très bien écrit, c'est bâclé, j'ai de moins en moins de respect pour mon propre travail, et mine de rien, c'est quand même un peu préoccupant.

Je ne suis pas le seul à ressentir la même chose parmi les collègues ayant eux aussi quelques années d'expérience dans le métier, et si je ne risque pas de tout quitter demain matin (je n'ai aucune idée de ce que je pourrais faire d'autre, pour dire la vérité), il est évident que je ne passerai pas le reste de ma vie active à regarder et écrire sur des types tapant le carton et tripotant des jetons.

Je pourrais développer, mais la finale m'attend de l'autre côté de la rue, au Victoria Casino. Et là, pas besoin de se forcer, non non, Dieu merci, il y a un pote en finale, et je serai derrière lui toute la journée. Je suis motivé comme jamais, prêt à commenter en direct à la première victoire d'Antony Lellouche à l'European Poker Tour. Rendez-vous sur www.pokerstars.tv à partir de 14h30 (heure française)

12 commentaires:

Carlit a dit…

Bonjour Benjo,

Pour avoir suivi tes CR de tournois, pour avoir suivi parfois ton blog, je pense que à 24 ans tu as des qualités d'écriture qui pourraient te permettre de t'exprimer sur bien d'autres sujets. Arriver à être reconnu aussi vite comme tu l'es déjà dans un milieu aussi spécialisé qu'un autre même s'il est ludique confirme tes probables grandes qualités. Ce coup de blues me semble surtout dû à un surmenage (burn out pour faire bien): apprendre à se préserver, à ne pas dire oui à toutes les propositions de travail, à ne peut-être pas dire oui à toutes les 3è mi-temps qui semblent nombreuses dans ce milieu relève plus de la maturité de l'âge que de compétences professionnelles dont tu disposes déjà. C'est pour ça qu'il n'y a pas de soucis pour toi, tu sauras élargir ta palette, si tu prends un peu de temps, un peu de recul, et certainement un peu de vacances. Au plaisir de te lire… au sujet du poker ou d'autre chose.

Anonyme a dit…

Ouch, mais ton post est presque aussi déprimant que le dernier de Ludo... Vous avez besoin de vacances les mecs!
Surtout reste avec nous parce que je ne suis certainement pas la seule à trouver que tu écris très très bien.
A+

Xerxes a dit…

Wow !

Déjà, je pense pas que faire des journées de 15 heures, ça soit méga bon pour la motivation...

Essaye peut-être de te recentrer sur les phases finales, de laisser tomber les jours 1 A, 1 B, 1 C, 1 D, 2 A, 2 B, qui sont toujours pareil de toute façon...

Et avoir un 2e journaliste pour WAM, ça pourrait t'aider amha.

GL pour la suite en tout cas !

Anonyme a dit…

Salut benjo,

Depuis 10 mois que je m'intéresse au poker, je suis tes CR et tes commentaires lors des EPT avec beaucoup de plaisir. Je trouve que tu décris avec talent et justesse ce milieu particulier. Ton parti pris de te focaliser autant sur l'envers du décor et sur les personnalités des joueurs que sur les actions à la table font ton originalité. Ta plume et ton style sont venus contrebalancer les préjugés que je pouvais avoir sur le monde du poker sans pour autant en faire un monde parfait.

Sans flagornerie aucune, ton blog a une certaine filiation avec le journalisme gonzo que j'aime tant.
C'est pourquoi je suis certain comme Carlit que peut importe le sujet que tu traites, ce qui nous intéresse c'est ton point de vue et ton style.

J'arrête de te jeter des fleurs pour aujourd'hui et je te souhaite un bon repos et surtout au plaisir de lire tes prochaines aventures dans le poker ou ailleurs.

Un assidu lecteur belge

shok a dit…

sans vouloir allez trop vite, ou être trop ambitieux, et vu tes prestations sur le webcast des PET, la télé ne te branche pas ? genre Eurosport ou canal ?
perso voir Benjo a coté de PB, je regarderais plus souvent le WPT ! ;)

have a break, je pense sérieusement que tu en as besoin !

Anonyme a dit…

je me permets de me joindre au 4 ème commentaire.

Continues d'écrire.

I wish you the best

un autre assidu lecteur belge

Maxwell a dit…

Oriane Teyssiere etait pas francaise ? sinon ca doit etre elle la premiere francaise a casher dans un tournoi international aux WSOP.

Benjo a dit…

Bien vu Maxwell ! J'ai oublié Oriane, la honte..

Anonyme a dit…

Salut Benjo
Moi je dirais fais une pause,laisse tomber le prochain tournoi,prends des vacances (avec Cuts peu-etre)et dis toi que ya plus malheureux que toi.Je pense que nous avons tous les 2 la meme passion a la base, a savoir,le poker.Sauf que moi je tourne en 3/8 a l'usine pour un peu plus que le smic horaire grace a mes horaires de nuit et que je donnerai cher pour voyager dans le monde entier pour commenter les plus gros tournois mondiaux.J'espere pour toi que c'est juste un passage a vide et que la passion pour ce jeu vas revenir .
A+ GL a toi...

Maxwell a dit…

Ca arrive même aux meilleurs ^^

En tout cas, niveau EPT live, c'est toujours aussi bon.

Take care

Anonyme a dit…

Bonjour Benjo,

comme dirait un pote à moi :

notre vie n'est que ce que l'on en fait !

Pour l'instant tu as toujours privilégié le plaisir, l'instant et cela t'a donné de bons résultats et t'a amené à nous faire plaisir à tous par tes écrits et tes commentaires live.

pour cela merci !

good luck

olive

Anonyme a dit…

Salut Benjo,

Je les trouve sympa vos blogs (le tien, celui de Cuts, ou même celui de winamax ou Johnny et Anto ont publié des commentaires sincères et pas bling bling c le poker qui rapporte...)

POur le reste, soit la team qui finance à coup de 10KE régulièrement les 13 joueurs de la team, embauche au moins 2 autres journalistes que tu formes et que tu mets dans le coup. Et tu peux bosser sans t'exténuer.

Soit serre les dents et prépare une diversification vers d'autres médias, écrits, télé, radio. Maintenant que tu as un nom, si tu peux trouver suffisamment de partenaires média pour être en freelance, faire un mix de truc un peu différent qui rafraîchissent, bosser pour soi en libéral à un rythme convenable et une rémunération correcte, tu seras le roi du pétrole et tu retrouveras le gout de suivre une partie de poker...

ça tourne à l'esclavage ton taff là. Donc soit les mecs mettent un peu d'argent pour que tu travailles au 35h comme nous tous (lol), soit tu te prépares à mettre les voiles et tant pis pour eux.

ur ur own business.

bon courage.