mercredi 11 juin 2008

Remains of the Day

Day 11

Lundi, j’avais la tête dans le sac après avoir suivi l’épopée de Nicolas Levi jusque cinq heures du matin. Je me suis quand même péniblement traîné jusqu’à la télé du salon moins de quatre plus tard pour suivre le premier match de l’équipe de France contre la Roumanie. J’ai encore envie de me donner des claques d’avoir sacrifié de précieuses heures de sommeil pour assister à ce triste spectacle. Seul point positif : je n’avais pas eu le temps de parier la veille.

A midi, j’étais de retour au Rio, moins de sept heures après l’avoir quitté. Cette onzième journée des WSOP allait se réveler être celle des déceptions douces-amères et des occasions manquées.



D’abord avec la table finale de Nicolas Levi, où il ne sera resté assis que cinq minutes, le temps de jouer deux mains. Pas de regret : Nico avait prévenu qu’il n’hésiterait pas à engager son tapis le plus rapidement possible si la situation l’imposait. C’est exactement ce qui s’est produit, et si la coin-flip était tombée du bon côté, l’histoire se serait déroulée différemment. Presque 60,000 dollars de gains tout de même pour la première table finale des championnats du monde de Nico, qui passe directement en tête du classement des gains français aux WSOP 2008. Et fait prendre une avance considérable à son équipe dans le pari qui les oppose à Fabrice Soulier et Liz Lieu.


Les supporters français bien coiffés

Quelques heures plus tard, le Team Winamax frappait à nouveau : Anthony « Tall » Roux (un de mes colocataires à Londres), le joueur le plus discret de l’équipe jusqu’à présent, passait le premier tour de l’épreuve de Shootout à 1,500 dollars. Dans la soirée, Anthony allait subir un bad beat des plus cruels durant le second tour, favori à 80% pour remporter un pot contenant 60% des jetons de la table. Si ce satané Russkoff n’avait pas chatté ses deux paires sur le turn, Anthony aurait presque à coup sur atteint la table finale.


Anthony "Tall" Roux, moi je préfère l'appeler Tallix, parce que ça l'enerve

Et c’est là que je dois rendre hommage au self-control de Tall. Quelques minutes plus tard, nous étions dehors, marchant vers la voiture en discutant aimablement. Il venait de passer à quelques centimètres d’une accession en table finale des WSOP, quelque chose dont tout le monde s’accorde pour dire que cela relève de l’exploit, de nos jours, vu la taille qu’ont atteint les tournois. Et pourtant, Tall avait déjà changé de sujet, ne manifestant aucun signe d’énervement ou de colère. Des joueurs capables d’encaisser un coup de massue avec autant de brio, je les compte sur les doigts de la main.

Je vous parlais de mes accrochages répétés avec le photographe le plus con de la terre. Heureusement, il n’y a pas que des abrutis chez l’agence d’images officielle des WSOP. J’en prends pour témoin Bob, un local qui a passé une bonne demi-heure à m’aider à régler mon appareil photo. Sympa, Bob.

Une anecdote rigolote… Pendant une pause du tournoi Shootout, une bonne demi-douzaine de joueurs du Team Winamax était massée à côté de la table de Tall, en grande discussion stratégique. Nos amis superviseurs Charlie et Steve se sont emparés du micro, diffusé sur tous les hauts parleurs de la salle. « Nous rappelons que tous les joueurs doivent sortir de la zone du tournoi pendant les pauses. Cela concerne aussi l’équipe Winamax. Je répète, l’équipe Winamax doit sortir du périmètre du tournoi… » J’étais à ce moment là en train de regarder l’épreuve de Deuce to Seven à 5,000$, et ils furent beaucoup de joueurs pros américains à se demander ce que pouvait bien être Team Winamax. Ils ne vont pas tarder à le découvrir, étant donné que la meilleure équipe de France du monde va selon toute probabilité détruire les WSOP de haut en bas, la table finale de Nicolas Levi n’ayant été que le premier signe annonciateur de la tempête qui s’annonce.

Cliquez-ici pour mon compte rendu du Day 11 des WSOP

2 commentaires:

Robin a dit…

Coucou Benjo !

Désolé de venir troller ton blog de cette façon, mais j'imagine que c'est le meilleur moyen de te contacter...

Je débarque à Las Vegas dans 2 jours... et n'y ayant jamais mis les pieds, j'ai au moins 12 milles question à te poser.
Je vais tacher de faire vite, c'est promis, merci d'avance d'y répondre !

1. Les wsop sont-ils ouverts au public ?

2. Y-t-il un intérêt à y assister ? Ou on voit strictement rien ?

3. Quelle est la plus petite limite à laquelle on peut jouer en NL holdem.. et où ?

4. Y a t-il des casinos à éviter absolument ? (genre connus pour leurs requins assoiffés ou leur service déplorable)

Merci pour tes lumières,
Robin

Benjo a dit…

1/ Oui
2/ Mieux vaut venir pour te faire une idée.
3/ 1/2 au Planet Hollywood, Ball'ys et plein d'autre
4/ Cantonne toi aux casinos les plus connus pour éviter les deceptions.

un bon site sur vegas : www.cheapovegas.com