samedi 28 juin 2008

Harder, Faster, Better, Stronger

Day 28

Journée résolument frénétique jeudi au Rio… Sans doute la plus chargée depuis le début des WSOP. J’ai couru dans tous les sens pendant quatorze heures. Il y a eu d’abord l’une des épreuves maîtresses du festival, le Short-Handed à 5,000 dollars. Il y avait plus de vingt français à suivre, dont le plus gros du Team Winamax, et six qualifiés dont j’ai du retrouver la trace parmi les 800 participants.

A côté de cela, il y avait le 1,000$ rebuys avec Jamel Maistriaux, Jean-Claude et Nicolas Levi, tous dans l’argent et en quête d’une table finale. A quinze heures, j’ai du ensuite porter mon attention sur le HORSE à 50,000 dollars, où figuraient trois français. Tandis que sur le podium ESPN, Erik Seidel était en contention pour un huitième bracelet. Enfin, à 17 heures commencait une épreuve de Stud High-Low, où l’on retrouvait entre autres David Miara, Bensouss’ et Antony, tous trois assis côte à côte, car ils s’étaient inscrits en dernière minute. Bonne ambiance.

Bon, avec toutes ces épreuves, il fallait faire le tri. Déjà, j’ai zappé la finale de Seidel, ne prévoyant qu’une photo finale s’il remportait l’épreuve. Cela n’a pas été le cas. Exit aussi l’épreuve de Stud High-Low à 1,500$, faut pas charrier quand même.

Restaient donc trois tournois avec une tonne d’action à couvrir de partout. J’ai passé la journée à faire des aller et retour entre l’Amazon Room, la Brazilia Room et mon ordinateur. Je n’avais que très peu de temps pour rédiger mes posts, en permanence il se passait quelque chose. C’est stressant, d’autant que l’on vient m’interrompre en permanence quand je suis sur le banc de presse. Quand un joueur passe pour me dire bonjour et me poser la rituelle question « où en sont les français ? », je réponds avec plaisir. Au bout du vingtième qui pose la même question, je dois faire des efforts pour dissimuler mon agacement. Je sais que ça part d’une bonne intention, mais j’ai parfois l’impression de faire office de bureau d’information, alors que je suis censé être en train d’écrire, traiter des photos, etc… A l’inverse, je suis conscient que si mes reportages sont de qualité, c’est parce que j’ai su nouer de bonnes relations avec des tas et des tas de joueurs français. Le temps que je perds à blablater avec les joueurs, je le récupère au centuple avec toutes les informations intéressantes que j’obtiens en échange : détails de coups, anecdotes, stratégies… Ce métier, c’est à 50% du relationnel.

J’ai pu observer pas mal de coups intéressants dans le Six-Handed, joués notamment par Manub, Guignol et Tallix. Arnaud Mattern a sauté au bout de 18 minutes (un record, malheureusement) Ludovic Lacay était bien parti pour subir le même sort, perdant la majeure partie de son tapis sur un bad-beat (comme d’hab) Patient, Cuts a remonté pour finalement sortir après le dinner-break. Je me sens un peu mal pour lui car ses WSOP se sont déroulés de la pire manière qui soit, avec zéro places payées en 20 tournois, ni même un seul Day 2.

Dans le 1,000$, Nicolas a chuté vers la trentième place. Il réalise un bon profit car il n’avait pas recavé une seule fois. Jamel Maistriaux a explosé son chip-lead très tôt au cours d’un gros pot contre Mark Seif, et ce n’est que de justesse qu’il s’est glissé dans les places payées. Jean-Claude Perrot a joué de malchance durant les demi-finales, perdant un coup énorme avec les Rois contre les Dames. Il sort en 19ème place.

Dans le HORSE, c’est Patrick Bueno qui endossait le rôle du « français qui déchire tout ». Bruno Fitoussi n’a pas trouvé les cartes qu’il fallait pour se monter un tapis, tout comme David Benyamine. Ils sont tous les deux sortis en milieu d’après-midi. Surprise, Isabelle Mercier s’est emparé du chip-lead en début de partie, pour finalement terminer la journée en milieu de mêlée. Plus Isabelle est présente, mieux tout le monde se porte.

A part ça, pas beaucoup d’anecdotes à raconter, car je n’ai fait que bosser jeudi. J’ai quelques trucs intéressants en stock pour demain. A suivre…

Compte-rendu du Day 28 des WSOP


Thomas Fougeron est arrivé...


...tandis que Patrick Bruel fait son grand retour


Anto, Bensouss' et David à la même table dans l'épreuve de Stud High-Low

Aucun commentaire: