mardi 5 février 2008

Entre deux avions

De retour à Lille, avec les yeux déjà braqués vers la prochaine destination. Et un tournoi de plus dans la boîte. Qui aurait pu penser que Dortmund pourrait être aussi fun ? Moi, je le savais d'avance, après l'excellente édition 2007, et j'étais impatient d'y retourner cette année. Bien heureux sont ceux qui ont bravé leurs à-priori pour aller se perdre dans la forêt et dénicher le Casino Hohensyburg : ils ont passé une excellente semaine.

Comme d'habitude lors des EPT, ce tournoi s'est déroulé pour moi en deux temps : d'abord la couverture écrite pour Winamax durant les premières journées, ensuite le commentaire du webcast diffusé en direct sur le site de l'European Poker Tour durant les phases finales.

A l'issue des trois premières journées, j'étais un peu dubitatif quand à l'intêret télévisuel du reste la partie, vu que tous les joueurs connus (Negreanu, Annette) et les français avaient sauté (à l'exception de deux amateurs) Au final le direct fut très amusant à commenter, avec beaucoup de coups spectaculaires, et un très bon vainqueur à l'issue d'une finale assez courte, le jeune Canadien (18 ans) Mike McDonald, une révélation à coup sur. Mes co-commentateurs favoris habituels avaient tout quitté Dortmund, les salauds. J'ai donc du recruter de nouvelles têtes comme Rémy Biechel, Kevin Durand (alias kgoule, un petit jeune qui n'en veut) ainsi que l'inénarrable Yuestud, mon pote du marketing d'Everest Poker. ElkY s'est prêté au jeu du commentaire avec réticence, ce qui est dommage car le bougre a des choses très interessantes à dire. Quoi qu'il en soit, un grand merçi à tous pour tous les innombrables félicitations et messages d'encouragement sur les forums.

En marge du tournoi s'est déroulé dans une chambre d'hôtel un cash-game privé ultra cher entre les plus gros joueurs présents durant la semaine à Dortmund : Rolland de Wolfe, Sorel Mizzi, Dario Minieri, mais aussi les français ElkY, Arnaud Mattern, Ludovic Lacay ou encore Eric Koskas et même Jacques Zaicik (sick !). Evidemment, inderdiction formelle d'assister aux ébats, à moins de réunir les 10,000€ minimum nécessaires pour s'asseoir et disputer une partie de No Limit Hold'Em aux blindes 50€/100€ avec les requins. J'aurais bien aimé me glisser dans un trou de souris pour observer la scène. On m'a rapporté quelques coups et quelques chiffres. Un carré runner-runner entre deux français a notamment fait jaser. Malheureusement, je me dois de respecter la confidentialité des evenements, puisqu'il s'agissait d'une partie privée.

Pour le reste, cette semaine à Dortmund fut des plus classiques : longues journées de boulot, suivies de tournées au bar, et très peu de sommeil. Les soirées passées au comptoir ont démontré la capacité jamais démentie qu'à l'alcool à déclencher un débat sur la politique. Pierre de la Team770 nous a régalé le récit de ses extraordinaires aventures au Brésil, où il véçu plusieurs années. De belles rencontres, des tonnes de paysages, le long d'un chemin jalonné de corruption, drogue, et meurtre : le gars a tout vu. Je n'ai pas démérité lors du tournoi spécial médias, atteignant la cinquième place (sur 44 joueurs) pour un profit de 60 euros. Le dernier jour, après la finale, j'ai croisé un mec du staff EPT en rentrant à pied vers l'hôtel. Il m'a convié à la soirée secrète organisée par les équipes télé de Sunset&Vine, qui produisent les retransmissions des tournoi. Il était déjà bien tard, mais je me suis laissé emmener dans le sous-sol de l'hôtel ou une bonne cinquantaine d'anglais complètement déchirés fêtaient la fin d'une semaine de boulot avec force bières, bouteilles de vins et parties de poker. J'ai généreusement donné une cave (10€) avant de m'éclipser, laissant les rosbifs à leur joie. Au milieu de ce foutoir alcoolisé, je passais encore pour sobre, un exploit vu que je ne l'étais plus depuis bien longtemps.

Ma vidéo préférée de cette semaine à Dublin : un champion EPT français raconte ses déboires à un autre champion EPT français. Tout est magnifique : les acteurs, les dialogues, le scénario, sauf que ce n'est pas un film, c'est du réel, 100% véridique, un instantané capturé sur le vif par mon talentueux collègue de Winamax, Régis. Pour comprendre ce morceau de poker moderne, certains auront cependant besoin de sous-titres...

Sur la tordante page de mes amis écossais de SikTilt, on trouve aussi quelques perles à regarder absolument comme "10 choses intéressantes à propos de Dortmund" (vidéo rejetée par PokerStars !) et "The End" (un morceau de vidéo coupé au montage mais publié quand même pour le fun)

Après un voyage sans histoires, je suis rentré à Lille, pas pour longtemps, en fait j'ai tout juste le temps de régler quelques trucs administratifs en vitesse avant de partir pour l'Irlande, où je vais disputer mon premier vrai tournoi, le Main Event à 1,500€ des European Deep Stack Championship organisés par mon ami Mike Lacey. Enfin, je passe de l'autre côté de la barrière : j'attends ça avec une impatience qui va croissante à mesure que l'échéance se rapproche. Je vous en reparle dès que j'atterris à Dublin, mercredi midi.

L'EPT Live, une logistique de fous :






J'espère que le mec qui doit brancher tout ça est grassement payé


Les cables réseau qui envoient les images dans le monde entier


Mon poste de commentateur (appréciez les écrans de contrôle minuscules)

5 commentaires:

Giorgio a dit…

C'est bien les jeunes requins ont trouvé leur guy laliberté :-))))

Jimmy a dit…

Salut !

Bonne chance pour ton tournoi.
Toujours aussi intéressantes des news !

Jimbo

FRC a dit…

On dirait la boiler room de Russ Georgiev :-)

FRC

texmurphy10 a dit…

tu va t'interviewer pour la presse française une fois gagner le tournoi ?...lol.GL

Nicolas Levi a dit…

Bonne chance a Dublin Mec! May the Guinness be with you...