mardi 29 janvier 2008

Dortmund

Alors comme il est tard et que j'ai bu 12 bières et 15 vodkas tonic à la soirée PokerStars, je me suis dit que j'allais écrire un post d'une traite en dix minutes, et de surtout pas me relire, histoire d'être débarassé le plus vite possible. Cela va donner un post de remplissage, sans aucun intêret, dans la continuité des précedents, donc.

Je suis arrivé en Allemagne lundi dans la matinée. Chose proprement extraordinaire, le voyage s'est passé sans absolument aucun problème, ce qui ne m'étais pas arrivé depuis, pfiou, une eternité. Pourtant, j'avais pris l'option gamble en n'arrivant à Roissy (en TGV depuis Lille) qu'une heure à peine avant le décollage, à sept heures trente du mat' . Arrivé à Dusseldorf (dix heures pile), ma valise était la première sur le tapis roulant (quelle chatte, one time !!!1), et c'est avec trente minutes d'avance que je me pointais sur le quai de la gare, pour prendre le train jusque Dortmund (46 minutes de trajet, réglé comme une horloge.) L'hôtel Mercure est à cinq minutes à pied de la gare, et à midi pile j'étais dans ma chambre. Propre et sans bavure.

Je me suis immédiatement écroulé sur le lit, vu qu'en ce moment j'ai des putains d'insomnies que je n'arrive pas à expliquer. Je sais pas ce qui se passe, depuis une semaine, je dors deux trois heures par ci par là sans arriver à faire une nuit complète. Genre je me couche à 22 heures, pour me réveiller à une heure du mat les yeux grands ouverts, pour ensuite me recoucher trois heures en fin d'après-midi, et ainsi de suite. J'ai du dormi une dizaine d'heures au total ces trois derniers jours.

Bref, je me réveille en milieu d'après-midi, evidemment il y a des travaux dans le couloir, y'a des ouvriers qui changent la moquette devant ma porte en faisant un bordel pas possible. Je retrouve Owen et Martin de PokerListings, et nous faisons honneur à la cuisine Allemande en fonçant directement au Burger King. Bon, ensuite on se ballade un peu dans la ville, il n'y a strictement rien à voir, c'est officiel, Dortmund est la ville la plus chiante d'Europe, et très certainement la seule ville de l'European Poker Tour pour laquelle on ne trouvera absoluement aucun guide touristique en librairie. Enfin, c'est pas très grave vu que je suis là pour bosser, comme d'habitude quoi.

Après, je me pointe à la soirée organisée par PokerStars, qui, par chance, a lieu dans une boîte juste au coin de l'hôtel, je n'ai donc besoin de marcher que deux minutes pour m'y rendre. C'est le raout habituel d'avant tournoi, avec les célébrités mineures du circuit, des qualifiés Internet de 18 ans venus d'Amérique (tu leur presses le nez, y'a du lait qui coule), et nous autres journalistes. Je retrouve Jennifer de Blonde, les barjots de SikTilt, Stephen de PokerStars, Mark de Gutshot, etc etc. Y'a une fille qui crache du feu à l'entrée, tandis qu'une autre caresse son boa près des vestiaires. Sur la piste de danse, un couple fait un numéro de jonglage/acrobate/hula hoop hallucinant, moi j'enchaîne les verres, Lee Jones me demande comment je m'apelle pour la trentième fois en six mois, on me confond avec Antonio Esfandiari pour la soixante-septième fois en un an, les employées de PokerStars occupent le dance-floor, je reprends une vodka tonic, les serveuses sont jolies, ElkY vient me dire bonjour avec Remy Biechel, je parle boutique avec les collègues, on échange quelques perfidies sur nos amis les joueurs pros, et finalement je me casse avant minuit, tant que je tiens encore debout, un peu de tenue, que diable.

L'étape Allemande de l'European Poker Tour commence aujourd'hui à Dortmund. Environ 500 joueurs seront au rendez-vous, parmi lesquels les membres du Team Winamax Arnaud Mattern, Ludovic Lacay, Antony Lellouche, Nicolas Levi et Guillaume de la Gorce, ainsi que le numéro 1 mondial actuel Bertrand « ElkY » Grospellier, plus plein d'autres français, amateurs et pros mélangés, et les habitués du circuit européen.

Je le sens bien, ce tournoi. Le casino est des plus acceuillants, on y mange bien, et l'an passé j'avais eu le plaisir d'assister à la première finale majeure de mon grand ami Thomas « Fougan » Fougeron, ainsi que la percée d'un petit nouveau à l'époque, Nicolas Levi. J'espère que l'épreuve sera aussi passionnante cette année.

Rendez-vous à 15 heures précises sur Winamax ou WAM-Poker. Ensuite, à partir de vendredi, place à la retransmission video en direct sur EPT Live, commentée par votre serviteur. Ca s'annonce bien, ouaip.


La vue depuis la chambre d'hôtel : comme un petit air des Bahamas, vous trouvez pas ?

2 commentaires:

texmurphy10 a dit…

La question est :Pourquoi ils ont installé un Casino ici ?
ou
Qui sont les con qui vienne jouer ici au lieu d'aller dans des endroits plus sexy

Chips_NLG a dit…

Bon courage Benjo! Mange pas trop de choucroute, histoire d'être frais pour le live EPT.

J'ai hate de lire les perles que tu nous laisse sur winamax.