dimanche 9 septembre 2007

So sick

Il est actuellement cinq heures et demi du matin. Je vous écris dans un état de coma semi-végétatif, abruti par la fièvre et équipé d'un nez rouge et boursouflé coulant comme un robinet qui fuit. En clair, j'ai choppé une crève d'enculé. Les premiers signes sont apparus dès le réveil, quand je me suis rendu compte que je mouchais plus que raison. Quelques heures après mon arrivée au casino, mon état avait gravement empiré, et très vite j'avais épuisé le stock de serviettes en papier posées près de la machine à café.

Deux suspects dans cette affaire : la climatisation glaciale de la salle de presse et le chat dégeulasse de Dana. Je suis allergique à ces putains d'animaux. Il faut que je trouve une pharmacie demain pour me procurer des antihistaminiques. I hate life.

La table finale du HORSE a été atteinte peu après trois heures. Elle est de qualité tout à fait exceptionnelle, ce qui n'est ma foi guère surprenant vu la liste des joueurs qui étaient au départ hier. Kirk Morrisson, Jennifer Harman, Chris Ferguson, Alex Kravchenko, Joe Beevers... Ca risque d'être interessant.

Un qui ne fera pas la table finale, c'est l'Australien Mark Vos. Son compatriote Rayan Nathan était là pour le supporter. On a bu des mojitos au bar, tenant compagnie à sa fiancée tchèque (une bombe atomique, comme il se doit) J'ai vu un truc que je ne croyais pas possible sur un tournoi professionnel : Vos s'est fait « slowroller » par un papy de 77 ans, Eric Dalby. Pour les ceusses peu familiers avec cet obscur terme pokeristique, le slowroll est l'action qui consiste à faire croire à l'abattage que vous avez perdu le coup, juste avant de retourner un jeu imbattable. Moi, j'apelle ça « faire sa pute ». Je l'ai déjà fait une fois lors d'une partie à Lille il y a deux ans, et j'en ai encore des remords.

Là, Dalby a contemplé la paire de Rois de Vos pendant vingt bonnes secondes, éclatant de rire en disant « Jolie main. T'a gagné ». Puis, l'air de rien, il a retourné un carré de dix !

Aujourd'hui, les supersiveurs ont eu la bonne idée d'installer les joueurs au balcon, qui offre un chouia plus de place pour les observateurs. J'ai pu choper quelques clichés. Par contre, je suis un peu déçu de mon appareil photo tout neuf que je n'arrive décidement pas à utiliser. Il faudrait peut-être que je songe à consulter le mode d'emploi. J'ai gardé mon bon vieux compact Sony comme solution de rechange.

Demain (enfin, cet après-midi), finale du HORSE et début de l'épreuve de Pot-Limit Omaha qui s'annonce des plus excitantes. J'ai révisé activement le script d' « Eurorounders ». Les blagues vont fuser. Rendez-vous sur poker.fr, comme d'hab.


Mark Vos (à gauche) s'est fait enfiler


Poker au balcon


Attraction quotidenne à l'entrée du casino, les potiches du sponsor Betfair font la joie des touristes


Jennifer Harman est chip-leader au départ de la finale du HORSE

Aucun commentaire: