lundi 25 juin 2007

Encore un zoo

Les journées se suivent et se ressemblent, mais des fois y'en a quand même qui se ressemblent un peu moins (hein ?)

Traduction : la journée de Samedi fut des plus intéressantes et agréables. Il n'y avait pas de tournoi cher au programme, car il n'y aurait eu personne pour vouloir le jouer : en effet le HORSE a 50,000 dollars allait commencer le lendemain, donc tous les gros pros étaient en train de se reposer en préparation du plus gros et difficile tournoi de l'année.

A la place, nous avons eu droit à une journée spécial amateurs, avec une grosse fiesta à 1500 dollars qui a attiré 2700 joueurs. Structure rapide et niveau de jeu discutable sont les deux mamelles de ces épreuves pas chères qui remplissent l'Amazon Room à pleine capacité.

Georges Djen, le patron de LivePoker, vient d'arriver en ville et débarque en salle de presse pour me saluer. J'avais un peu peur qu'il vienne m'annonçer mon renvoi pour cause d'article catastrophique (cf. les épisodes précédents de mon blog), mais non, au contraire, il se trouve qu'il a bien aimé. Ouf. Il me renouvelle sa confiance pour les prochains numéros – apparemment, le prochain numéro du magazine comportera 30 pages dédiées aux WSOP et je jouerai un rôle plus qu'actif dans la conception et rédaction du dossier. Chouette. Mais beaucoup de boulot en perspective à mon retour en France le mois prochain.

J'apprends qu'on a parlé de mon travail en termes plutôt élogieux dans StudioPoker l'émission de télé du site fondé par Eloi Relange, PokerAcademie. Ca fait plaisir. Ils ont fait une petite rubrique sur les World Series et sur les sites qui couvrent l'évenement. Vu que je suis le seul à écrire sur les WSOP en Français**, ils ont bien été obligés de parler de moi, hé hé. Merci Eloi !

Il y avait 3 tonnes de Français inscrits dans le 1500$, et par trois tonnes je veux dire “une douzaine” : ElkY, Nicolas Levi, Arnaud Mattern, Alexia Portal, Pascal Perrault, Fabrice Soulier, les potes Johny et Solody, Paul Testud, Georges Djen, Pascal Barrault....

Pauly joue le tournoi, profitant d'une journée de repos. Il va jouer une excellent poker et terminer le Day 1 avec un tapis correct, mais surtout “in the money”. J'aime bien quand mes potes cartonnent. Il a joué à la table de Georges pendant une bonne partie de la journée et lui a dit du bien de moi.


Ce bon Dr Pauly
blanc
Ed de Gutshot est de la partie aussi, mais il se fera sortir en milieu de journée par Men “The Master” N'Guyen.

Un petit bohnomme surgit en salle de presse pour me dire bonjour. Il s'agit d'Enzo, un Toulousain qui a crée le fameux site http://www.limpers.com/. On s'était rencontrés durant le Five Diamond Classic au Bellagio en Décembre, j'avais fait la couverture de l'épreuve pour Team770 et on s'était payés de franches parties de rigolade avec lui et son pote Junior.

Justement, Junior est inscrit au tournoi du jour, sponsorisé par Enzo qui a remporté 8000 dollars la veille au Venitian (il a joué un tournoi à 500$ et les 30 derniers joueurs ont dealé tous ensemble ! Le tournoi s'est aussitôt arrêté. C'est la première fois que j'entends une histoire pareille) On cherche Junior dans l'Amazon Room : il est introuvable. Impossible de le joindre au téléphone. Dans la tente, pas de trace du jeunot. On traverse le couloir de 600 mètres qui mène au casino, histoire de jeter un oeil à la dizaine de tables qui ont été disposées là. Personne. “Nan, c'est pas possible”, je me dis. “Ils n'ont quand même pas mis des tables dans la Poker Room du casino !" Hé bien si, ils ont osé rajouter quelques tables de plus au fond du casino, histoire d'engranger quelques inscriptions supplémentaires, et par la même occasion quelques dollars de plus.

C'est donc dans la salle de poker régulière du Rio qu'on retrouve Junior et son pote Akim (comme ils se sont inscrits en retard, ils se sont retrouvés ensemble) A la même table, un Français que je ne connais pas trop, Françis Mahiout.

C'est décidément la journée des retrouvailles entre potes : je tombe sur José Barbero en revenant dans la zone du tournoi. Je l'avais rencontré à Amsterdam en novembre lors des Master Classics. Soirée mémorable dans une boîte en pleine zone industrielle. L'Argentin me raconte quelques bad-beats, légèrement désabusé.

Je suis le parcours de Georges Djen tandis que la plupart des Français sautent à toute vitesse – et puis après tout, Georges est mon boss. Enfin, l'un de mes boss. Il est plutot du genre nonchalant : il s'est inscrit au tournoi un peu par hasard – il est surtout venu à Vegas pour bosser sur le magazine.

“-Alors, ca se passe comment ?”, je lui demande au bout d'une heure.“
-Pas mal, j'ai joué un beau coup et j'ai doublé.”

Deux heures plus tard, il vient me voir en salle de presse.

“-Ah, merde, t'as sauté.
- Non, non, je fais juste un tour entre deux coups. J'ai joué un beau coup, j'ai doublé”, me répond-il, l'air indifférent.

En milieu de journée :

“J'ai joué un beau coup, j'ai doublé”, toujours avec le même air.

A deux heures de la conclusion du premier jour :

“J'ai joué un beau coup, j'ai doublé.”, cette fois avec un léger sourire.

Georges termine la journée avec un tapis de 77,000 (il est parti de 3,000 au départ), et est dans l'argent. De 2700 joueurs, il en reste moins de 200. Il est le dernier Français en course. Pas mal pour un mec qui dispute son tout premier championnat du monde et qui s'est pointé à Vegas pour faire du journalisme. Si seulement je pouvais en dire/faire autant.

Ce fut une journée interessante, chargée en evenements et rencontres sympas, mais aussi très courte : il n'y avait que deux finales au programme, qui se sont terminées rapidement (par la victoire de types que je ne connais pas). A part ça, il y avait la suite du Pot-Limit Hold'Em, la finale a été atteinte sans trop de problèmes, et à minuit, il n'y avait plus rien à voir dans l'Amazon Room à part le 1500$ et Georges.

Rayan me contacte sur MSN et me demande si je suis partant pour une virée. Il vient de remporter un tournoi sur PokerStars. Cagnotte : 25,000 dollars ! Wow, bien joué, mon pote, que je lui dis. Bof, qu'il me répond. “C'est ce que j'ai perdu en ligne ces trois dernières semaines. Au moins je suis à jeu sur le Net. Me reste plus qu'à gagner un bracelet pour rattraper mes pertes aux WSOP.”

Je lève donc le camp à une heure du mat', accompagné de Ed (notre chauffeur) et Jennifer. Comme d'habitude, c'est Ed qui sait où aller. Il continue de nous faire découvrir les recoins chelous de Vegas en nous emmenant dans un bar à billards paumé près de l'aéroport. Ambiance “Thelma et Louise” avec chapeaux de cow-boy, pintes de bière graisseuses et musique country. J'aime bien.

Il y a un juke-box (un moderne, qui te télécharge les chansons de ton choix sur le net). Je fais criser les autres clients en choisissant 9 chansons à la suite, mais mon choix est parfait. Dans l'ordre : Queens of the Stone Age (“No One Knows”), Sublime (“Santeria”), Lynyrd Skynyrd (“Simple Man”), Bob Marley (“Jammin'”), Dire Straits (“Sultans of Swings”), Eric Clapton (“Layla”), Jimi Hendrix ("All along the watchtower"), Boston (“More than a feeling”) et enfin Journey (“Don't Stop Believing”) car c'est la chanson que Tony lance sur le jukebox dans la dernière scène du dernier épisode des Sopranos. Je suis content. Je me fais quand même charrier pour mes gouts très 80's.

Je fais équipe avec Rayan contre Jen et Ed pour une partie de pool, et l'on double les mises succéssivement jusqu'à ce que nous perdions chacun 80 dollars, Rayan et moi. J'ai joué tout bourré comme une merde et je suis en super méga-tilt, il est 3h30 du matin, on retourne sur le strip, les autres vont continuer à boire des coups ailleurs, moi j'ai du boulot qui m'attend donc je rentre. Solide journée.

** Pas tout à fait, puisque Seb est arrivé il y a quelques temps pour faire un reportage sur Team770, où j'ai réalisé quelques reportages mémorables qui m'ont couvert de gloire (ou pas).

Récit de la journée sur Poker.fr

Bilan au jeu :
Pool : -80$
Total : mystère (rapport à la journée du 19 Juin qui n'a pas encore été racontée)

Photos en vrac :
blanc

Phil Laak jouant à GTA sur sa PSP
blanc

Georges Djen
blanc

José Barbero l'Argentin
blanc

Gutshot Ed
blanc

Aucun commentaire: