jeudi 21 juin 2007

Zombies, fantômes et serial-killers

Mardi fut l'une des journées les plus excitantes des WSOP depuis mon arrivée à Vegas il y a deux semaines. Après m'être levé tôt pour écrire, puis recouché pendant un moment, je suis arrivé au Rio à 13h30, pensant être en retard. En fait, pas du tout : le tournoi de tête à tête (buy-in : 5000$) n'avait pas même pas encore commencé. Le départ était prévu, comme tous les tournois précédents, à midi, mais il n'y avait pas assez de croupiers. De plus, le nombre de 512 joueurs n'avait pas été atteint (nécessaire pour un avoir un compte rond), ce qui fait qu'une bonne centaine de joueurs ont directement avancé au 2e tour, provoquant le mécontentement de tous les autres. C'est vrai quoi, quand des mecs du calibre de Mike Sexton ou Barry Greenstein ont un match de moins à jouer que les autres, c'est carrément injuste pour les autres.

Bref, bordel général à l'intérieur de l'Amazon Room, 400 joueurs prennent leur mal en patience, et finalement le tournoi démarre à 14h30 avec deux heures et demi de retard. Cinq joueurs Français étaient au départ : Bruno Fitoussi (tout juste arrivé en ville), Pascal Perrault, Guillaume de la Gorce (alias “Johny001”, Bertrand “ElkY” Grospellier et Fabrice Soulier. Aucun d'entre eux n'allait passer le premier tour. Quelques moments sympas quand meme, nottament la victoire de Pascal contre cet alcoolique de Gavin Smith, ou celle de Guillaume contre Dario Minieri. Toutes les stars qui n'avaient pas d'autre tournoi à jouer étaient au rendez-vous : Doyle Brunson, Sam Farha, Mike Matusow, Greg Raymer, Jamie Gold... Il y a donc eu pas mal de rencontres très interessantes à suivre, nottament Howard Lederer contre Dan Harrington (combat de serrures) ou Patrick Antonius contre Thomas Wahlroos (combat de mabouls Finlandais). Après 3 rounds, 64 joueurs ont survécu et avancent jusqu'au Day 2.

A coté, se produisait selon moi le plus beau moment que nous ont offert les World Series jusqu'a présent : la superbe victoire de l'Allemande Katja Thater dans l'épreuve de Razz à 1500$, qui à littéralement écrasé ses adversaires un par un, sans merci et avec une détérmination sans bornes. Elle a virtuellement éliminé chacun de ses 7 adversaires en finale, y compris l'immortel Eskimo Clark, à l'article de la mort toute la journée après que les ambulanciers soient venus par deux fois le secourir la veille, la crise cardiaque le menaçant à tout instant. Le bougre avait refusé qu'on l'emmene à l'hopital. Peut-etre avait-il desespérément besoin d'une victoire pour rembourser des dettes, au point de ne pouvoir quitter la table malgré un besoin urgent d'etre soigné ? Où peut-être refusait-il de mourir avant d'avoir gagné un dernier bracelet, son quatrième ? J'imaginais déjà la scène : Eskimo Clark remportant le dernier pot de la partie, levant les bras, dirigeant son regard vers le bracelet avec un sourire triste et une larme au coin de l'oeil... Un vieux lion profitant d'un dernier moment sous les feux des projecteurs. Tout à coup, il se tasse brutalement, se saisit de son bras gauche déjà paralysé, et s'écroule, pour une ultime et fatale crise cardiaque. Bon, ce rideau là, ce ne sera pas pour aujourd'hui, car Clark fut éliminé en 4e position, visiblement énervé, et l'air en piteux état : un zombie tout droit sorti d'un film de Romero. Quelques minutes plus tard, on pouvait l'apercevoir allumer une cigarette à l'éxtérieur de l'Amazon Room, et en inspirer la fumée avec un air satisfait. A ce rythme là, il va y passer bien avant le début du Main Event.


Eskimo Clark, indéboulonnable
blanc
Katja Thater, serial-killeuse implacable en finale du tournoi de Razz, devient donc la première joueuse à gagner un tournoi “open” (ouvert à tout le monde, les Ladies Event ne comptent donc pas) depuis bien longtemps. Je crois que la dernière victoire féminine aux WSOP fut Annie Duke en 2004, au bon vieux temps du Binion's Horseshoe. Katja mérite amplement sa victoire. C'est une attaquante, une vraie, au regard dur, au jeu aggressif et à la determination implacable. Celle là, j'aimerais pas l'avoir à ma table. J'ai encore une fois failli vomir quand Jeffrey Pollack, l'espèce de débile qui dirige les WSOP, est venu donner le bracelet à Katja. Il n'avait aucune idée de qui elle était. C'est Nolan Dalla qui a du lui expliquer que c'est une joueuse professionnelle Allemande, sponsorisé par le plus gros site de Poker en ligne du monde, et finaliste dans une épreuve içi même il y a une semaine à peine. Blaireau.


Katja Thater, Razz World Champion
blanc
On a bien failli assister à un doublé féminin, ce qui aurait été pour le moins inédit et historique. En effet, juste à coté, sur le podium ESPN, Beth Shak est passée à deux doigt de remporter l'épreuve de No-Limit à 3000$, n'échouant qu'en tête à tête contre Shankar Pillai.

Dans une journée qui ne nous aura décidement rien épargné niveau rebondissements, Vinny Vihn à encore une fois oublié de se présenter pour le Day 2 d'une épreuve où il était bien placé en jetons. Il y a deux semaines, il était chip leader du 1000$ avec recaves au terme du Day 1. Il restait 80 joueurs et le Vietnamien, comme je l'avais raconté, ne s'était jamais présenté pour le Day 2. Hier, il a refait exactement la meme chose, dans l'épreuve "Short-Handed" à 2500 dollars. Il restait une quarantaine de joueurs au départ de la journée, et Vinny n'est jamais arrivé. Son tapis a lentement fondu, blinde après blinde, et il fut finalement éliminé en 21e position, remportant tout de meme quelque chose comme 15,000$ sans avoir eu à jouer un coup. Proprement hallucinant. On suspecte fortement que le fantômatique Vinny Vihn a un sérieux problème avec les drogues dures, expliquant ses absences répétées. Il y a lui-meme fait allusion plusieurs fois sous formes de blagues douteuses (on l'a vu mimer une injection sur son propre bras avant de relancer un pot).


Vinny Vihn aux abonnés absents
blanc
J'ai quitté le Rio à 23h après une solide journée de boulot – pour une fois, j'avais l'impression d'en avoir eu pour mon argent. J'ai retrouvé Rayan et nous avons marché jusqu'a l'Ellis Island, un petit casino derrière le Bally's, qui a la particularité de brasser sa propre bière (excellente et bon marché), de proposer un steack à 5$ qui n'est pas sur le menu (il faut en faire la demande, c'est un excellent deal) et qui par dessus le marché offre aux clients du restaurant 5$ gratuits à jouer au blackjack (avec un payout à 2 contre 1 ! Traduction, si vous remportez votre première mise, le casino vous paie 10$ au lieu de 5) Bref, impossible de résister. On a lancé un peu les dés au craps en attendant notre table : Rayan n'y avait jamais joué, et moi je n'ai toujours pas compris les règles. Le croupier était sympa et patient (nous étions les seuls à la table). En 15 minutes, j'ai paumé 60$, Rayan a pris 180. Après le repas, Rayan m'a filé 50$ pour le blackjack (j'avais plus un rond). Je tombe à 10$ après quelques coups ridicules (un blackjack qui splitte, deux 20 battus), mais je remonte à 160 avec un peu d'audace, pendant que Rayan rendait son benef' à la table de craps. Je me lève, mets 60$ dans ma poche pour revenir à égalité, et donne le reste à Rayan.

Je termine aujourd'hui par quelques dédicaces aux collègues qui écrivent infiniment mieux que moi, et qui méritent leur réputations de bons journalistes/auteurs :

Pauly a fait de la pub pour mon blog, avec l'accroche suivante : “C'est écrit en Français, et j'arrive à en comprendre la moitié”. Allez donc sur son blog lire le post intitulé “Lost Paradise”, en cliquant içi (il faut descendre un peu dans la page) Superbe et déprimante description de Las Vegas, vue du coté sordide et réaliste. C'est comme si le bon vieux Hunter S. Thompson revivait à travers la prose de l'auteur New-Yorkais (Appréciez le paragraphe entier écrit sans aucune ponctuation ! Ca m'a rappelé Bret Easton Ellis dans le dernier chapitre de “Lunar Park”)

Baron de Gutshot a écrit un magnifique article sur Fabrice Soulier et Mike Matusow évoluant côte à côte lors de la deuxième manche du tournoi de tête à tête. Lisez le post intitulé "Poker diagonals - Goofus and Galant" en cliquant içi.

Owen de Poker Listings a écrit un article résumant très bien pourquoi les World Series, ce n'est plus ce que c'était. "Wither Benny Binion? The WSOP Needs Help, Stat" : un argumentaire solide et bien construit, j'aurais pas pu mieux le dire. Cliquez içi.

[journée de Dimanche postée, voir ci-dessous. Lundi viendra plus tard]

Bilan au jeu :
Craps : - 60$
Black Jack : +60$

Photos en vrac :


Evelyn Ng dans le Championnat de tête à tête
blanc

La plus belle coupe du Poker : Alex Jacob
blanc

En salle de presse

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Beau gosse sur la dernière photo !
Zeb