samedi 23 juin 2007

Exode

Comme tous les matins, je me suis réveillé vendredi à 8 heures (après 4 bonnes heures de sommeil, hem) pour boucler mes textes pour MadeInPoker. Retour au pieu juste après, pour pas longtemps, hélas. Je dois faire mes bagages : je déménage au Rio, histoire d'être plus près de l'action. J'y rejoins mon pote Rolf Slotboom, qui est venu à Vegas pour la première fois depuis 10 ans et participe donc à ses premiers World Series. Il a investi plus de 40,000 dollars pour s'inscrire aux différents tournois qui l'intéressaient. J'aurais très bien pu rester au Bally's avec Rayan, mais je m'étais mis d'accord avec Rolf il a longtemps.

J'arrive au Rio à 13 heures avec mes 25 kilos de bagages, et bien entendu, la gonzesse à l'accueil refuse de me donner une clé car mon nom n'est pas sur la liste. Mais si, mon nom est sur la liste, que je lui dis. Je ne peux rien faire pour vous, monsieur, qu'elle me répond, cette connasse. Je commence déjà à maudire Rolf, qui m'avais juré la veille qu'il leur avait donné mon nom. Je laisse mes bagages au valet et fonce jusqu'a l'Amazon Room, trouve Rolf qui me confirme qu'il a bien informé le Rio de mon arrivée. Demi-tour, sprint jusqu'au comptoir d'accueil, je tombe sur une autre employée qui trouve mon nom sur la liste en dix secondes et me file une clé.

Je m'installe dans la suite spacieuse qui me servira de chez-moi durant les deux prochaines semaines. J'attends une bonne demi-heure mes bagages, et arrive en salle de presse à 15 heures, en retard comme c'est pas permis. Mauvais timing car il y a trois tonnes de Français à suivre dans le 1500$ No-Limit qui vient de démarrer (une vraie boucherie, comme d'habitude). Surpris, je tombe sur l'actrice Alexia Portal, piquée de poker depuis déjà pas mal d'années, qui visite pour la première fois Vegas – un séjour express de cinq jours à peine. Hélàs, j'arrive au moment où elle sort du tournoi. Elle accepte une petite interview express que je publierai demain sur poker.fr. Je tombe aussi sur David Lacoste et Patrice Boudet, qui effectue un départ canon en passant de 3,000 à 22,000 en quelques heures. Aussi croisés, Nicolas Levi et Arnaud Mattern. Harrah's ne recule devant rien pour engranger un peu plus d'argent : pour faire rentrer le plus de monde possible dans le tournoi, ils ont rajouté des tables près du casino, à près de 600 mètres du Hall de Convention où se tiennent les World Series !

Le tournoi de Omaha High/Low à 5000$ commence à 17 heures dans la tente. J'y retrouve aussi 5 Français. Paul Testud, qui joue le plus de tournois possible depuis qu'il a gagné 80,000$ au Bellagio : à ce train là, il reviendra à Paris les poches vides et pire encore. Bruno Fitoussi, qui écoute Hoobastkank et Genesis sur son Ipod. Patrick “Kinder” Bueno, qui vient d'arriver, serein avec un plan précis bien en tête. Il va terminer la journée parmi les chip-leaders. Antony Lellouche m'offre 100$ si je lui trouve des écouteurs pour son Ipod. Faut dire qu'il est assis à coté de Mike Matusow, qui est comme d'habitude ultra-speed et ne s'arrete pas de déblatérer son avis sur tout et n'importe quoi. C'est un hyper actif au sens médical du terme. A ses pieds, une bouteille contenant un jus vitaminé (de la Taurine, qu'on trouve dans le Rud Bull). Comme s'il en avait besoin. Anto, lui, carbure au Zinc, mais ne va pas rester longtemps dans le tournoi. Enfin, David Benyamine, notre meilleur joueur Français du monde exilé à Vegas, très réservé comme d'habitude, il va comme Bueno faire un bon parcours.


Omaha H/L 5000$ : David Benyamine (eau minérale), Marcel Luske (Gatorade), Erik Seidel (Corona)
blanc
Un tournoi de Omaha Hi/Lo en limit, c'est chiant comme la pluie, surtout au début, mais les joueurs trouvent de quoi s'occuper entre deux coups d'un ennui mortel. Leur passe-temps favori, c'est de parier sur tout et n'importe quoi. Phil Ivey et Mike Sexton ont passé plusieures heures à mettre au moint un gros pari à 100,000 dollars sur le prochain tournoi de HORSE à 50,000$ qui va commencer dans quelques jours. Hellmuth, lui, a misé sur Mike dans le présent tournoi, et ce dernier n'est pas content : “J'ai pas gagné un coup depuis que ce chat noir a mis de l'argent sur moi !” Bref, bonne ambiance, on à affaire à un tournoi entre pros qui se connaissent tous, c'est toujours plus agréable à suivre que les tournois “discount” à 1500$ qui réunissent 2500 joueurs que je ne connais ni d'eve, ni d'adam pour la grande majorité.

Pour le reste... Je cherche des trucs interessants à raconter, mais je ne trouve pas. Vegas, baby, Vegas... c'est pas pour cette année, les expériences fun, les gueules de bois, et les taches de vomi d'origine non identifiée sur le pantalon au réveil.


Heads-up dans le tournoi de... Heads-up
blanc
Je fais l'aller et retour entre l'Amazon Room et la salle de presse, pour raconter ce que j'ai vu au fur et à mesure. Et ainsi de suite jusqu'à tard dans la journée. Je commence à être bien crevé, mine de rien. Suivre un tournoi d'une semaine, c'est facile. Six semaines, c'est une autre paire de manches et après quinze jours, je me retrouve dans un état de fatigue permanent. Mon enthousiasme pour le tournoi a considérablement baissé : c'est dur de trouver de nouvelles conneries à raconter tous les jours. Pire, à force d'enchainer, mon “radar” est à plat, et je passe à coté d'histoires interessantes, faute de faire suffisamment attention. Enfin, je me plains, je me plains, pas très productif tout ça. Mais en même temps, c'est surtout à ça que sert un blog perso, non ? On ferme le bureau des pleurs...

A huit heures, pause dîner entre collègues au Tilted Kilt, le pub Irlandais/Anglais du Rio. Ca tombe bien, je n'ai rien avalé depuis la veille au soir. Ed et Jesse de Poker Listings sont là, ainsi que Jennifer, Baron et Ed de Gutshot. Un bon moment avec une “bande de mecs sympas”.De retour, je retourne aux parties. Deux finales sont en cours. Jeff Lisandro, notre ami Australien, a remporté son premier bracelet en Stud, curieux, je pensais qu'il en avait déjà remportés, mais non, c'est bien la première fois pour ce joueur d'expérience qui a bourlingué de parties en parties aux quatre coins du monde pendant une vingtaine d'années. Le tournoi spécial “tête à tête” s'est conclu entre deux types que je connais absolument pas. Le vainqueur, Dan Schreiber, a roulé sur son adversaires, ne lui laissant aucun répit. Ils ont joué la partie en 2 manches gagnantes. La seconde a duré 11 mains !

Je termine la journée à 2 heures du matin.Maintenant que je loge au Rio, mon trajet de retour à la chambre consiste désormais en un trajet de 800 mètres jusqu'aux ascenseurs... Ce qui est quasiment plus long que de prendre un taxi jusqu'au Bally's.

Récit de la journée sur Poker.fr

Clichés en vrac :
blanc

Nicolas Levi, en survet et baskets, comme tout le monde içi
blanc

blanc

Antony Lellouche a coté de Mike Matusow
blanc

Fred Leroux et le Cannois Xavier Malandran, tout juste arrivé en ville
Blanc

2 commentaires:

Diksus a dit…

allez courage, ça va revenir la niak

très bon blog, avec une référence a TTC qui ne gâche rien ;)

salsac a dit…

Bon ben je crois que tu as répondu à ma question concernant "l'ami Paul"... les 80 000 c'est un cash game off course qu'il les a gagné (lol)... pour les perdre au Rio dans les tournois WSOP... (re-lol)

Pierre.