dimanche 10 juin 2007

Deux tours de cadran

Vendredi était ma quatrième journée passée à couvrir les World Series. Je commence à prendre le rythme et ai travaillé beaucoup plus que les trois premiers jours. A 6 heures du matin, j'étais déjà debout (après une petite nuit de cinq heures) pour taper le résumé de la veille sur MadeInPoker. Comme au même moment, il faisait encore jour en France, j'ai pu discuter quelques minutes sur MSN avec mon petit frère, qui m'a mis au courant des dernières nouvelles. Un commercial d'Ultimate Bet a appelé à plusieurs reprises à la maison pour essayer de me vendre un truc promotionnel quelconque. Manque de bol, ce sont mes parents qui ont répondu, et ils ne parlent pas un mot d'Anglais. Le type ne s'est pas découragé, et au bout du troisième coup de fil, il est tombé sur Aurélien qui lui a demandé de cesser le harcèlement, merci. Depuis quand les casinos en ligne t’appellent directement ? Et qu'est-ce qui m'a pris de leur donner mon vrai numéro quand je me suis inscrit sur ce site – sur lequel je ne joue jamais, d'ailleurs.

J'ai écrit plusieurs heures et me suis mis au courant des résultats que j'avais manqué la veille, puis suis allé prendre le petit déjeuner avec Rayan, toujours au Paris. Je n'avais pas encore remarqué la crêperie, juste à coté de la boulangerie. Joie et bonheur, la crêpe au Nutella est au menu – je m'en empiffre tous les matins depuis plus longtemps que je ne puisse m'en souvenir, et cette pâte à tartiner magique me manque toujours terriblement quand je suis en voyage. C'est super bon, mais ils ont la main lourde sur le chocolat, et j'attrape rapidement mal au bide.

J'arrive à midi au Rio, juste à temps pour le début du tournoi de Pot'Limit Hold'Em. Le prix d'entrée est de 5000$, et les 40 tables sont remplies de stars du poker. Et aussi de stars du cinéma passées du coté obscur, telle l'actrice Shannon Elisabeth (immortalisée par sa prestation dénudée dans le chef-d’œuvre “American Pie”). Elle est canon, et un peu intimidé, j'oublie de prendre une photo. Plus loin, il y a l'un de mes joueurs favoris, Mike Matusow. En tant que reporter, c'est toujours un bonheur de le regarder jouer : c'est un vrai moulin à paroles et je repars toujours avec une bonne histoire notée sur mon carnet.



Mike The Mouth en grande conversation avec Thomas Wahlroos. Le sujet : Gus Hansen. Mike : "Mais c'est pas au poker qu'il joue, ce mec là. Payer, payer, payer, payer, c'est tout ce qu'il sait faire !"

La grosse affaire, c'est la finale du Stud à 5000$, avec Phil Ivey qui tente de remporté son 6e bracelet, et là Française Oriane du cercle Gaillon qui est la première joueuse Française à participer à une finale WSOP. Le vainqueur n'a pas été l'un de ceux à qui on s'attendait. Mon compte rendu peut être consulté sur MadeInPoker en cliquant içi.

Le truc cool avec cette finale, c'est qu'elle n'était pas télévisée : j'ai donc pu m'approcher des joueurs et rester tout près de la table, c'est qui est bien pratique pour prendre des photos et suivre les coups (en Stud, les cartes sont littéralement étalées tout autour de la table)


blanc
Finale du Stud à 5000$
blanc
Concernant la finale du 2000$ avec Justin Bonomo, qui s'est déroulée à huit-clos, mes sentiments peuvent être consultés en cliquant içi.

A 18 heures, je quitte le Rio pour me rendre au Caesar's Palace pour le show de Jerry Seinfeld au Colloseum. Tandis que j'attends un taxi, Gus Hansen déboule dans le parking au volant de son Audi décapotable. Il dépose deux blondasses siliconées, des mannequins habillées aux couleurs d'un des sponsors des WSOP (leur boulot est de se tenir plantées au milieu des couloirs en souriant comme des cruches) Elles l'embrassent gentiment, sous les yeux d'une dizaine de joueurs (et au moins un reporter) bavant de jalousie. Elles ne lui disent pas merci pour la partouze, mais c'est tout comme. Eh oui les amis... Le poker est un monde rempli de queutards, et s'il y en a un qui mérite la palme des obsédés sexuels, c'est bien Gus Hansen. Il allume tout ce qui bouge, un vrai barbare avec les gonzesses. Remarquez, il est célibataire, ce garçon, autant qu'il en profite. Pas que le mariage soit un obstacle, ceci dit. Le DevilFish, par exemple, est littéralement au bras d'une fille différente chaque soir, et tout le monde est au courant, y compris (j'imagine) bobonne qui attend à la maison avec les gosses. Et il est pas le seul, loin de là. A ce sujet, une anecdote hilarante, racontée par Ed de Gutshot : il y a un an, HBO a réalisé un documentaire sur un des bordels légaux qui entourent le Nevada (la prostitution y est légale partout, sauf précisement à Las Vegas). Devinez qui y apparaissait au bras d'une escorte dénudée ? Bingo, deux joueurs professionnels : Steve Zolotov et Paul Magriel.

blanc
Le spectacle de Seinfeld était bien évidemment à pisser de rire. L'homme qui a donné son nom à la série culte et qui l'a rendu célèbre et milliardaire est considéré comme le roi de la comédie stand-up, un genre d'humour très Américain. En gros, un spectacle comique sans scénario, où les vannes s'enchainent à 100 à l'heure, sans chemin de narration précise. Son truc à Seinfeld, c'est la vie quotidienne, les petits détails, les situations embarrassantes. Et surtout, être négatif. A fond. Se plaindre. De tout. Tout mon style !

Jerry ne pouvait que commencer son show par une vanne sur Paris Hilton – un sujet qui semble passionner l'Amérique ces jours-ci, à en juger par la couverture télévisée qui y est consacrée. “Elle va retourner en prison ? Bof, pas de quoi en faire un plat. C'est quoi, une prison, au final ? Un lit, un lavabo et des WC. Comme les hotels Hilton !”

Tout au long de l'heure et demi, Jerry déroule sans temps mort, avec un timing parfait. Y'a deux trois trucs que j'ai pas saisi, à cause de l'Anglais, mais dans l'ensemble j'ai choppé un bon mal de bide, et suis revenu au Rio à 22 heures gonflé à bloc.
blanc
J'ai continué à écrire mes articles pour LivePoker (dieu que c'est laborieux), en revenant de temps en temps dans l'Amazon Room pour suivre les différentes parties : un Stud de papy à 1500$, les phases finales du Short Handed (je n'ai reconnu personne) et le Pot-Limit à 5000$. Il ne restait que 10 tables et une grosse avec un badge ESPN m'a demandé de me barrer avec un air méchant, invoquant la règle officielle : avec mon badge pourpre, je n'ai pas droit de cité derrière le cordon de sécurité une fois que les tournois atteignent moins de 15 tables. C'est la premiere fois en quatre jours que j'ai un problème de ce type. J'en ai parlé avec plusieurs autres “badges pourpres” et il m'ont dit avoir tous eu des problèmes avec la meme personne, et uniquement celle ci. Le coté positif, c'est qu'elle n'est là que 8 heures par jour grand max, ses capacités de nuisances sont donc limitées.

Je continue d'écrire, et a quatre heures, après une journée bien remplie, je me casse. Mais j'ai oublié un détail : nous sommes Vendredi, et c'est l'heure de fermeture pour tous les nightclubs de la ville. Résultat : trente minutes d'attente pour avoir un taxi ! Le valet me dirige vers une limousine, disponible de suite. Le tarif : 70 dollars pour une course de 5 minutes ! “Euh, y'a quelqu'un qui veut partager une limo avec moi ?” En deux secondes, j'ai trouvé 6 clients, et retourne donc au Bally pour le prix d'une course normale.A cinq heures, je me couche : la journée prend fin 24 heures après avoir commencé.
blanc
blanc
Une journée de plus passée au zoo
blanc
blanc
blanc
Ce bijou kitsch est la récompense surpreme pour tout joueur de poker
blanc
**J'ai édité mon post d'hier. J'ai rajouté dans l'avant dernier paragraphe une mention de mon passage par le Big Game au Bellagio**

3 commentaires:

Anonyme a dit…

salut benjo...
ton blog devient vraiment bien, tu as appris à épurer ton style, plus de chichis et de vannes inutiles... du coup ton propos est plus direct et nous touche plus... on commence vraiment à sentir ton quotidien de blogueur... bravo...

A bientôt à Las Vegas...

Hervé MD

Jkwon a dit…

Salut !
J'apprécie beaucoup tous les détails de tous les jours ! Je trouve ca tout simplement génial !
Je passe juste pour dire un petit merci et te féciliter pour ton travail !

Morgan

Nakata7 a dit…

Merci pour ton blog, il déchire!!
Bon courage pour vegas et live poker lol =p