mercredi 27 juin 2007

Body Double

Ca devait arriver, après 3 semaines passées à l'intérieur de l'Amazon Room au milieu de la horde de spectateurs, fans et touristes en tout tout genre. Ca fait déjà un an qu'a chaque tournoi que je couvre, mes collègues me font remarquer ma prétendue ressemblance avec le joueur professionel Antonio Esfandiari. Pourquoi pas ? On peut trouver pire, comme sosie, j'imagine. Adam de BlondePoker me tanne depuis un moment pour nous prendre en photo tous les deux.

Ainsi, tandis que j'observais le Day 2 du HORSE à 50,000 dollars lundi, j'ai remarqué deux touristes Asiatiques en train de prendre une photo depuis le cordon de sécurité. Rien de grave, apparemment, sauf que.... tiens, c'est bizarre.... non, c'est pas posssible...Mais si, pas de doute, ils sont en train de prendre une photo de... moi. Pourquoi pas ? me dis-je. Je n'y prête pas attention et quitte la zone du HORSE pour me diriger vers la tente. Le couple m'arrête. Le mec me serre chaleureusement la main.

“Je peux prendre une photo avec vous ?”, qu'il me demande.

Je commence à comprendre.

“Mais pourquoi vous voudriez prendre une photo de moi ?”, je réponds, l'air de rien. Bien entendu, je sais déjà ce qu'il va me répondre :

“Vous êtes mon joueur préféré, Antonio !”

Jennifer m'en a voulu de ne pas avoir accepté de me faire prendre en photo. Mais je suis la personne la plus honnête qui soit. Impossible de me faire passer pour quelqu'un que je ne suis pas. Je me suis contenté de répondre : “Sorry, wrong person”, et j'ai passé mon chemin. Le couple avait l'air déçu.



Antonio Esfandiari est un fêtard notoire à Las Vegas, et cela fait déjà un moment que j'ai remarqué que je n'avais jamais aucun problème à rentrer dans n'importe quelle boîte du Strip en baskets, jeans et T-Shirt....

Chaque jour, la salle de presse s'encombre un peu plus, et je flippe un peu en pensant au bordel que va être le Main Event... Il y a un type qui est arrivé depuis peu, je ne l'ai jamais vu auparavant. Il porte des shorts en jean très courts. Mais vraiment très courts. Et moulants, en plus. C'est dérangeant. Avec les mecs de PokerListings, GutShot et Blonde, on a grosso-modo passé la journée à piquer des fous rires en essayant de le prendre en photo sans attirer son attention. Je n'en pouvais plus à force de pisser de rire, ca été dur de pas se faire repérer... D'ailleurs, il est parti se changer au beau milieu de la journée.


Non, vraiment, c'est un peu court, jeune homme
blanc
Ah, j'imagine que c'est le genre d'états puérils dans lequel on se met après trois semaines non stop d'insanité caractérisée.... La fatigue prend le dessus chaque jour de plus en plus, et mon humeur passe du brulant au glacé de manière aléatoire. Je me roule par terre au temps T, pour aussitôt exploser de colère au temps T+1. Dès que l'actu WSOP sera moins chargée (traduction : dès que le HORSE sera terminé), je vais prendre une journée complète de repos : ce sera ma première en 3 semaines. J'en ai discuté avec Loic qui était OK.

Conformément aux règles mises en place par Harrah's à l'attention des médias, il ne m'a plus été possible de me ballader dans la zone de l'épreuve de HORSE une fois que celui-ci a atteint moins de 15 tables. Ce qui est arrivé assez vite lors du Day 2. Mon badge violet ne me donne que peu de droits, mais s'il y en a un dont je peux jouir ad nauseum, c'est bien celui de se faire traiter comme une merde.

Il fallait voir le sourire ravi des employés de Bluff Magazine au badge vert, chargés de nous jeter dehors – quel job passionant cela doit être ! Ils étaient aux anges, comme si le fait de nous empecher de faire notre travail les rendait heureux. Il faut bien qu'ils tirent une maigre satisfaction de leur job bidon, j'imagine.

Les World Series of Poker sont une vaste blague, une machine bien huilée dont l'unique but est de ramasser le plus d'argent possible, peu importe les moyens employés, sans réel respect pour les personnes impliquées, qui dépensent beaucoup d'argent pour se rendre à Vegas chaque année : les joueurs, et les médias. Les défauts d'organisations sont légion, et pour certains, savamment calculés par Harrah's. Les joueurs passent leur temps à râler sur le thème : "C'est plus que ce c'était".

Et comme si ce n'était pas suffisant, chaque jour, je dois me bagarrer pour pouvoir faire la tâche qui m'a été assignée, et qui est la suivante : faire de la pub pour les World Series of Poker auprès des lecteurs Francophones. Raconter à ceux qui ne sont pas là en quoi les WSOP sont le plus beau tournoi du monde, le plus gros, le plus difficile, le plus prestigieux. Bref, je suis là en ami, pour dire du bien. Mais apparemment, ce n'est pas ce que Harrah's à en tête. Tant pis pour eux, j'ai envie de dire. Mais tout de même, je suis le seul journaliste Français présent sur place depuis 3 semaines, alors pourquoi, mais pourquoi vouloir à tout prix m'empecher de faire mon job ? Je ne comprends pas. La situation devient de plus en plus ridicule jour après jour et si leur but est que j'écrive un article énérvé en rentrant, ils sont en train de réussir avec brio. Bien sur, mon pouvoir de nuisance reste limité. Mais je suis loin d'être le seul à ressentir la même chose en salle de presse. Qu'ils fassent gaffe à ce qu'ils veulent, un jour ils risquent de l'avoir...

Toute cette politique politicienne ne m'a pas empéché de suivre le Day 2 du HORSE, sans trop problèmes. Je me suis débrouillé comme je pouvais, évitant les fourches caudines tendues par les "badges verts". Par contre, je me suis à peine interessé aux autres parties qui ont eu lieu ce jour là, faute de pouvoir être partout à la fois : un Pot Limit Omaha Hi/Lo dans la tente, avec trois ou quatre Français qui ont sauté en un quart d'heure (environ), le deuxième jour du Mixed Hold'Em (Fabrice a sauté juste avant la bulle), la finale du 1500$ que Georges avait ratée de peu la veille (Erica Shoenberg termine troisième).

Petit arrêt quand même devant les tables du tournoi à 1000 dollars réservé aux Seniors. Traduction, il faut être agé d'au moins 50 ans pour participer à l'épreuve : plus de 1800 papis étaient au rendez-vous. Bien entendu, les blagues ont fusé dans la salle Média : “Préparez les peacemakers”, “Il leur faut des pause-pipi toutes les 10 minutes”, “Quelqu'un a vidé sa poche”, etc...

Tout de même, un peu de respect, que diable : la plupart de ces messieurs/dames jouaient et gagnaient au Texas Hold'Em bien avant la naissance de Justin Bonomo, Sorel Mizzi et Dario Minieri. Et puis, ce fut aussi l'occasion, rare, de croiser une vraie légende du jeu, Amarillo Slim, l'un des premiers champions du monde 1972. Le vieux Slim est aujourd'hui en semi-retraite dans son ranch Texan, et ne participe plus que très rarement aux tournois de Las Vegas. Il a montré qu'il connaissait encore deux ou trois trucs à propos de poker, et termine la journée en 7e place au classement.


Amarillo Slim Preston, notez le serpent sur le chapeau : en bon Texan, il l'a tué de ses propres mains

A la fin du Day 2 du HORSE, Patrick Bueno a sauté depuis longtemps, ainsi qu'une floppée de stars (la famille Brunson, Mike Sexton, Carlos Mortensen, etc, etc). Le rythme d'éliminations s'est acceléré, coupant de moitié la masse de joueurs : de 127, on est passé à 52. (Il n'y avait eu que 21 éliminations la veille)

Bruno Fitoussi termine la journée avec un tapis identique à celui qu'il avait au départ : il n'est pas super content, mais me raconte quand même ses coups marquants et impressions. Il est encore dans le tournoi, c'est l'essentiel.

Je publie le tout sur poker.fr, et ma journée est terminée, à une heure du matin. Sur mon chemin, je croise deux fervents religieux. Je croyais que la Bible condamnait le jeu...


"Les gagnants croient en Jésus"
"Jésus : un pari sûr"


blanc
Récit de la journée sur Poker.fr

5 commentaires:

djrom a dit…

Bon courage Benjo, fais toi respecter.

Et pourquoi ne pas profiter de ta ressemblance avec A.Esfandiari pour nous faire un CR de la tf de demain a 20cm des cartes de Bruno ? :D

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup les commentaires sur tes repas ! C'est vraiment sympa de découvrir ce que mange les gens dans ce petit monde du poker à Vegas !
Merci Benjo ! Continue !

Zeb !

Anonyme a dit…

Juste pour te féliciter pour ton boulot et te souhaiter bon courage pour la suite.
Bravo l'artiste !

Nzo

looping a dit…

Ben quoi, moi aussi je met ce genre de jeans!

Salsac a dit…

Benjo, il vaut mieux que tu sois pris poue Antonio Esfandari que.... Greg Raymer

Pierre