vendredi 8 juin 2007

Blocage

Je n'ai pas l'impression d'avoir foutu grand chose Jeudi. Je suis arrivé au Rio à 11h30, une demi-heure avant le début des parties. J'ai commencé par écrire le résumé de la veille pour MadeInPoker, que vous pouvez lire en cliquant içi. Après avoir rédigé la note de mon blog perso et fait quelques allers et retour dans l'Amazon Room, il était déjà 16 heures. J'ai passé pas mal de temps dans la salle de presse à discuter des derniers potins avec les collègues.

L'un d'entre eux est particulièrement intriguant. Vinny Vinh, un joueur professionnel Vietnamien, a disparu après le Day 1 du 1000 rebuy (Mardi) et n'a pas été revu depuis. Il était dans le top 5 avec 80 joueurs restants, et ne s'est pas présenté pour le Day 2. Son tapis a fondu lentement, et a la fin de l'après-midi, il était officiellement éliminé en 20e place ! J'écris ce post vendredi, et personne n'a encore eu de nouvelles.

Des mecs qui sont en retard au départ d'une journée de tournoi, c'est courant. Des mecs qui ne se pointent pas de la journée, c'est déjà plus rare. On peut raisonnablement commencer à s'inquiéter quand plusieurs des amis de Vinny ont essayé de le joindre sur son portable, sans succès. Les témoignages des joueurs pros qui ont croisé Vinny lors du Day 1 mettent sur la piste d'une possible explication.

Shane “Shaniac” Schleger a posté sur le forum US 2+2 le commentaire suivant :

Il y a de bonnes chances que Vinny Vinh a été empéché de venir (que ce soit un décès, l'hospitalisation ou quoi que ce soit). Quand je l'ai vu hier, je n'en croyais pas mes yeux – il était émacié et il avait vieilli d'un an en un mois. J'imagine que c'est un problème de drogue mais je n'ai pas plus d'infos. Je ne peux pas croire qu'un des chip leaders puisse ne pas se présenter à moins que quelque chose de grave ne soit arrivé.”

Daniel Negreanu et Shannon Shorr ont publié le meme genre de commentaire, Daniel estimant que Vinny doit avoir “un problème avec la crystal meth”.

Bref, une histoire qui fait peur, et j'espère que l'on retrouvera trace de Vinny très vite, et que tout cela n'était qu'un malentendu. J'ai pris cette histoire à la rigolade au début, inventant tout un tas de théories farfelues (Vinny a trouvé une partie de Keno High Stakes super juteuse au Gold Coast !), mais je dois admettre que je crains le pire.

Si j'écrivais le scénario d'un (mauvais) film, j'imaginerais que Vinny Vihn s'est reveillé Mercredi matin dans sa chambre d'hotel crasseuse de North Vegas pour trouver une apparition de Stu Ungar. Le fantome de Stu lui a murmuré : “Vinny, deviens comme moi. Tu es le prochain Stu Ungar. C'est toi.” Vinny a entendu Stu, mais pas dans le bon sens : au lieu de gagner trois championnats du monde, il a overdosé après un mélange puissant de cocaine et d'héroine...

Sinon, hier débutait le tournoi Short Handed à 1500$ (6 joueurs par table). Je ne me suis pas trop interessé à ce festival d'éliminations ultrarapides, ni aux finales du Omaha high low et du 1000 rebuy. Mon esprit était occupé par les 3 articles en retard que je dois finir pour Live Poker. Je me suis mis dans un merdier pas possible. Pouvez-vous croire que j'ai commencé bosser la dessus il y a plus de 2 semaines et que je n'ai toujours pas fini ? J'ai toujours un mal de chien à travailler ces articles et à les terminer à l'heure, mais on atteint là des proportions dantesques. LivePoker m'avait déjà viré en Janvier dernier quand j'avais laissé tomber un article à la dernière minute : ils ont été assez sympas de me reprendre deux mois plus tard. Le truc, c'est que je deteste écrire. C'est une torture, j'y arrive pas. Chacun de mes articles pour ce mag' (et pour d'autres) a été accouché dans la douleur. Le pire, c'est que ces articles sur lesquels je bloque et rame comme un galèrien ne sont meme pas si difficiles que ça. Mais rien à faire, j'en chie.

Le problème, c'est que je veux continuer à faire ça. Je ne vais pas abandonner alors que je commence à peine. Je veux devenir un bon journaliste. Pour l'instant, je suis médiocre – dans le meilleur des cas. J'ai discuté du problème avec deux auteurs que je vénère pour leurs qualité d'écriture qui confère parfois à la poésie : Paul Mc Guire (Tao of Poker) et Stephen Bartley (Gutshot). Tous deux m'ont dit que le remède à la page blanche et à la médiocrité, c'est l'éffort, et rien d'autre. “Ecris tous les jours ! Apprends à aimer ça, et d'ici 10 ans, tu verras les chemin que tu as parcouru”, m'a confié Pauly. Putain, dix ans ? “Eh ouais, mec, je t'ai pas dit que ce serait facile.”

A 20 heures, j'ai fait une pause et pris un verre avec Rayan (qui a sauté rapidement dans le Day 2 du 2000 NL). On a joué quelques mains de Chinois (rien à faire, je n'arrive pas à gagner à ce jeu), et ensuite je l'ai regardé jouer au Black Jack. Ce chattard a bien du gagner 10 coups de suite. Après une demi-heure, il était devant de 650 $ et a quitté la partie. Je suis revenu dans l'Amazon Room pour regarder l'étonnante performance d'Oriane Teysseire, toujours en course dans le très difficile tournoi de Stud à 5000 dollars. Il ne restait plus que 3 tables, et Oriane avait un bon tapis. Elle ne semblait pas le moins du monde dérangée par le fait d'avoir à sa table des requins du genre David Oppenheim ou Phil Ivey. Quelques heures plus tard, la table finale à 8 était décidée : elle en faisait partie. Tout simplement épatant !

Quoi qu'il arrive, Oriane, qui dirige avec brio le Cercle Gaillon à Paris, rentrera dans l'histoire en devenant la première joueuse Française à faire une table finale des WSOP (et pas n'importe laquelle). Je rapelle aux grincheux qu'Isabelle Mercier est Québécoise, donc ça ne compte pas.

Justin Bonomo est en table finale du tournoi à 2000$. C'est son premier WSOP (il était encore trop jeune pour y participer l'an passé), et tout le monde aura les yeux braqués sur lui : il est gros chip leader et s'il parvient à décrocher le bracelet, le buzz média va etre énorme. Justin est chaud comme la braise dans les tournois live depuis qu'il a atteint 21 ans, après plusieurs années à dominer les tournois Internet. Certains le considèrent déjà comme un des “Grands.” A verifier Vendredi...

A 22 heures, je me suis tiré du Rio pour aller écrire ces putains d'articles pour Live Poker dans ma chambre. Sur la route, je me suis arreté au Bellagio pour attrapper un sandwich au Thon au Snack (9 dollars de bonheur). J'ai bien entendu été jeter un oeil du coté de la salle de cash-games. La Poker Room du Bellagio est l'épicentre de la planète poker, c'est là que les meilleurs joueurs du monde s'y retrouvent régulièrement pour disputer la plus grosse partie du monde. Autant dire que pendant les World Series, cette partie se déroule 24 heures sur 24, et les mises crèvent le plafond. La partie se déroule dans la "Bobby's Room" (du nom du boss du Bellagio, le champion du monde Bobby Baldwin), à l'écart des cash-games réguliers, et le public n'y a pas accès. Il est quand meme possible d'observer les requins à travers les baies vitrées, qui font ressembler la salle à un aquarium. En décembre dernier, j'avais été assez chanceux pour passer une nuit à l'intérieur de cette salle (un privilège rarissimme), assis derrière David Benyamine qui plus est. Justement, ce soir, le français est assis à la table (mais quand n'est-il pas présent ? Ce type trouve t-il le temps de dormir ?), en train de taper le carton avec Sam Fahra, Nenad Medic, Patrick Antonius et le joueur high stakes le plus chaud du moment, Bryan Townsend, alias "Sbrguby" sur Internet. Durant les 6 derniers jours, Townsend et Fahra se sont affrontés en tete à tete avec chacun 500,000 dollars en jetons devant eux. Les blindes : 500 et 1000 dollars. Les variantes : No Limit Hold'Em et Pot Limit Omaha. Fahra n'est pas un tendre, et cela fait maintenant un bail qu'il joue régulièrement les plus grosses parties du monde avec succès. Townsend, lui, est un nouveau venu, mais sa progression a été fulgurante (il y a deux ans, il jouait encore les parties à 50 dollars !) Bilan du match pour le moment : +2 millions de dollars pour le jeune Townsend, qui semble en avoir assez : "Je pense qu'il est temps pour de rentrer à Santa Barbara. Vegas me rend malade." C'est vrai que je l'aurais mauvaise aussi avec avoir battu un requin pour une somme à 7 chiffres... Trop dur, la vie de riche pro.

De retour dans ma chambre au Bally's, j'ai avancé mes articles, très lentement, et suis tombé dans le coma à minuit, non sans oublier de mettre le reveil à 5 heures du mat, pour poursuivre la rédaction de cette torture journalistique. Je me sentirai soulagé quand j'en aurai fini avec ça, bordel.

Résumé de la journée de Jeudi sur MadeInPoker

Bilan au jeu :
Poker Chinois avec Rayan : - 7$
Total WSOP : - 24$

1 commentaire:

Joffrey a dit…

salut Benjo,

Continue comme ça , tu fais du bon boulot.
j'essais de lire l'ensemble de tes differents articles (j'ai un petit faible pour ton blog, car beaucoup moins technique pour un joueur de mon calibre), sauf les articles en anglais lol ....

bon delire a Vegas

A+
Chicosse